Notre critique du tome 1 de « DanMachi - La Légende des Familias »

Dans la cité d'Orario, le donjon appelle les plus téméraires des aventuriers. Pourvus des dons de leur Famila, ils courent après la fortune et la gloire. Bell Cranel est l'un d'eux, mais, après une périlleuse rencontre, il éveille en lui un pouvoir soudainement très convoité...

Notre critique du tome 1 de « Fate/Apocrypha »

Déclenchée par un sinistre mage ambitieux qui défie l'Association des Mages, une nouvelle guerre sainte va commencer... Deux factions de Servants vont s'affronter dans cette guerre qui ne ressemblera à aucune autre, un conflit qui fera trembler jusqu'aux entrailles de la Terre!

Notre critique du tome 3 de « Fire Force »

Shinra est bien décidé à faire entendre raison au capitaine de la 5e Brigade et ce n'est pas son grade ou son pouvoir visiblement plus puissant que le sien qui vont le faire changer d'avis... Mais si sa force de conviction la faisait changer, la Princesse Hinaba deviendrait un allié de choix !

Notre critique du tome 1 de « Psycho-Pass »

Dans le futur, notre vie est déterminée par les prévisions de Sybille qui nous informe par le biais du psycho-pass individuel. Mais si le meilleur peut être prédit, le pire peut aussi appraître : si le psycho-pass annonce que vous êtes d'humeur à commettre un meurtre, les Exécuteurs sont envoyés et ne vous laissent aucune chance. Mais si la jeune inspectrice Akane en décidait autrement, que deviendrait cet équilibre ?

Notre critique du tome 5 de « Dead Dead Demon's Dededede Destruction »

Oran et Kadode ont mis la main sur un envahisseur qui a pris l'apparence d'un humain et décidé de le cacher. Les jours passent et leur amitié pour cet extra-terrestre bien sympathique se renforce alors que dehors, la situation dégénèrent de plus en plus à mesure que le vaisseau mère laisse deviner ses faiblesses...

Notre critique du tome 7 de « Ninja Slayer »

Le combat fait rage dans la région de Kyoto alors que Ninja Slayer et ses alliés d'un moment tentent de mettre fin au règne de terreur d'Evolver, crapule qui a pris en otage un village entier et jusqu'à l'innocente Wataame! Mais les trois ninjas de choc ont plus d'une technique mortelle dans leur répertoire...

Notre critique de tome 2 de « Tenjin »

Takaoka rejoint le groupe de Riku mais la joie de ce dernier est de courte durée car Takaoka se révèle être un solitaire qui refuse de se mêler au groupe même lors des entrainements en vol. Décidé à réveiller celui qu'il admire, Riku va agir en dépit des consignes et prendre le risque de se faire renvoyer...

Notre critique du tome 2 du roman de « Seraph of the End »

Jusqu'à l'attaque par la Secte des Cent Nuits, Glenn était parvenu à cacher sa vraie puissance mais son masque est tombé et les Hiiragi semblent bien décidés à lui mener la vie dure, ce qui l'oblige à réviser ses plans. Mais dans l'ombre, Mahiru pactise avec les démons pour atteindre son but, une puissance unique et dévastatrice...

Notre critique du tome 2 de « Après la Pluie »

Alors que Kondô ne réagit pas après sa déclaration, Akira décide d'insister et lui réclame une réponse, lui jurant qu'elle est sincère. Toujours indécis, Kondô lui propose tout de même un premier rendez-vous... Mais est-ce qu'un homme de son âge peut vraiment sortir avec une lycéenne ?

lundi 23 octobre 2017

Notre critique du tome 1 de "Gantz: G"


Scénario : Hiroya Hoku
Dessin : Hiroya Hoku
Édition : Delcourt/Tonkam
Collection : Young
Genre : Science-Fiction
Public : + 16 ans
Contenu : n&b
Prix : 9.35 euros
Sortie :  16 août 2017
Statut de la série : VF en cours (1 tome); VO terminée (3 tomes)




Alors qu'elle se trouve en sortie scolaire avec sa classe, Kei profite du voyage pour s'amuser avec ses camarades, et pousser la chansonette. Malheureusement, l'amusement est de courte durée: le chauffeur du bus fait un malaise et perd le contrôle du véhicule. Alors que Kei se précipite pour reprendre le volant, elle ne peut éviter l'accident: le bus franchit une barrière de sécurité, et fait une chute mortelle dans le vide. Mais lorsque Kei se réveille, elle semble bien en vie, entourée de ses camarades. Tous semblent totalement désemparés, seuls dans une étrange pièce au centre de laquelle trône une étrange sphère noire. Alors qu'ils s'interrogent sur ce qui vient de leur arriver, deux inconnus prennent la parole. Ces derniers annoncent au groupe qu'ils seront bientôt téléportés dans un lieu inconnu, afin de prendre part à une étrange partie de chasse. Afin de survivre, tous doivent s'équiper d'une mallette à leur nom contenant une combinaison, ainsi que des armes contenues dans la sphère, qu'ils devront utiliser pour éliminer la cible désignée par la sphère. Mais les étudiants sont peu enclins à les écouter, et reste incrédules face aux révélations qui leur sont faites. Pourtant, il semble que les deux inconnus aient dit la vérité, puisqu'en effet les élèves commencent à disparaître simultanément. Prise d'un doute, Kei se munit de sa mallette, et conseille à son ami Naiki d'en faire autant. Alors qu'ils se retrouvent téléportés au beau milieu d'un zoo, le cauchemar ne fait que commencer...

Publiée au Japon de 2000 à 2013, la série Gantz est désormais une oeuvre phare du paysage manga. Comme toutes les œuvres à succès, elle connaît d'ailleurs plusieurs adaptations et spin-offs, comme le film Gantz:O, mais aussi le roman Gantz: Minus et la série grand format Gantz Osaka. Dernière nouveauté en date: Gantz G, publiée dès 2015 au Japon. Comme dans touts les autres histoires de l'univers Gant, on retrouve ici les éléments-clés du scénario: Une sphère noire étrange, des individus qui meurent pour ensuite se retrouver (à priori) bien vivants dans un endroit inconnu, et une macabre partie de chasse à l'alien.
Si les points communs entre Gantz G et la série originale sont légions (logique, se dira-t-on pour une spin-off), il arrive néanmoins un stade où ces derniers sont tellement nombreux qu'ils en viennent à intriguer plus qu'autre chose. Les premiers questionnements ne tardent d'ailleurs pas à arriver puisqu'ils concernent l’héroïne principale: Kei Kurona. Outre le fait que son nom est un clin d’œil ô combien évident au héros original Kei Kurono, il est également frappant de constater à quelle point la jeune fille ressemble trait pour trait à Kei Kishimoto, l’héroïne principale de la série originale. Soit dit en passant, ça commence également à faire beaucoup de Kei... Avantage par rapport à l'histoire originale, Kei est ici une fille. Exit donc le fan-service omniprésent dans la série originale? Pas vraiment. Bien que Kei Kurona s'impose bien vite comme l’héroïne de l'histoire et semble bien plus charismatique que ses camarades de classe, les tenues et poses improbables retrouvent bien vite leur place sur ses copains de classe. Soit; pour ceux qui auront déjà lu Gantz, on ne s'en formalisera plus après avoir vu Kei Kishimoto dans le plus simple appareil et sous toutes les coutures ans la série principale. Toutefois, là où Gantz comptait 37 tomes, et donc autant d'occasions d'approfondir le récit, Gantz G ne comptabilisera en tout et pour tout que.. 3 tomes. D'un côté, cela représente une bonne idée: en effet, Une série aussi courte permet d'appréhender l'univers de Gantz assez rapidement, histoire de se faire une idée, pour décider par la suite d'investir oui ou non dans la série principale, et ses 37 volumes. D'un autre côté, au vu du développement du récit, un nombre de volumes aussi réduit à de quoi surprendre. Le premier tome de Gantz G révèle en effet aussi peu d'informations que le faisait le premier tome de la série mère. Même dans sa version perfect (regroupant deux volumes en un seul), le premier tome de Gantz ne livre qu'un nombre quasi nul d'indices pertinent quant à la situation étrange dans laquelle sont projetés les protagonistes. Quand on sait donc que le spin-off ne comptera pas plus de deux tomes supplémentaires, on peut être inquiets quant au développement du scénario. Toutefois, par rapport à la série originale, Gantz G révèle une différence de taille: la détermination de son héroïne. En effet, dès l fin ce ce premier volume, on apprend que les participants ayant atteint 100 points auront la possibilité soit de quitter le jeu soit de ressusciter un camarade mort durant une chasse à l'alien. Pour Kei le choix est vite fait: elle compte bien atteindre ce score afin de rendre la vie à son ami Naiki. En comparaison avec Kei Kurono, toujours perdu au troisième tome,  les objectifs de l'héroïne de Gantz G sont bien plus vite définis. En tout état de cause, cela devrait donc lui permettre de les atteindre bien plus rapidement. Si Hiroya Hoku parvient véritablement à boucler ce court spin-off en trois tomes tout en gardant un scénario correctement travaillé, cela permettra pour le lecteur ayant déjà parcouru la série originale de se remettre dans le bain le temps d'une nouvelle partie de chasse. Pour les néophytes, cela représentera une opportunité de se familiariser avec le concept Gantz avant de se lancer dans les 37 tomes de la série originale. Si elle tient ses promesses, cette mini-série s'annonce comme un complément intéressant à la série originale. Affaire à suivre...

Points forts:

  • l'héroïne de Gantz G est plus charismatique que celle de la série originale
  • Série courte, qui permet d'appréhender l'univers Gantz bien plus rapidement
  • Scénario fidèle aux éléments clés de Gantz
  • Dessin en accord avec le récit, bien qu'ici Hiroya Hoku ne soit pas le dessinateur
Points faibles
  • Fan-service toujours fort présent
  • le nombre de volume limité peut faire craindre un scénario pas assez développé
Verdict: Un bon tome!

Notre critique du tome 1 de "Voyage au Centre de la Terre"


Dessin: Norihiko Kurazano
Scénario: Jules Verne
Traduction: Sylvain Challet
Editeur: Pika Edition
Collection: Pika Seinen
Format: 130x180 mm
Contenu: 232 pages n&b
Prix: 8,05 euros
Public: dès 12 ans
Sens de lecture: Japonais
Statut de la série: série terminée en 4 tomes
Rythme de parution: 1 tome tous les 3 mois

Axel Lindenbrock est un jeune homme tranquille, qui mène à une vie tranquille en compagnie de sa fiancée Graüben. Seulement, Axel est également le neveu de professeur Otto Lindenbrock, un éminent scientifique spécialiste en géologie. Contrairement à son neveu, le professeur Lindenbrock est un personnage plutôt excentrique, qui tient plutot du savant fou. Un matin, le professeur déniche dans une boutique un ouvrage qui pour Axel ne ressemble qu'à un vieux grimoire poussiéreux. Mais pour le professeur, c'est une véritable pépite: L'ouvrage est en effet écrit de la main de Snorre Sturluson, célèbre écrivain islandais. Comble de la trouvaille: le livre recèle une note manuscrite, vraisemblablement rédigée de la main de l'auteur, mais dans un langage incompréhensible. Pour le professeur, une chose est certaine: aucun répit tant qu'il n'aura pas déchiffré ce message mystérieux. Après plusieurs vaines tentatives, c'est finalement Axel qui réussi à décoder la note. Mais le jeune homme est loin de s'en réjouir. En effet, la note de Sturluson parle... d'un voyage au centre de la terre. Axel comprend que si son oncle prend connaissance du message, il l'embarquera sans autre hésitation pour l'Islande. Mais voyant son oncle de plus en plus mal, il décide finalement, à contre-cœur, de lui révéler la vérité. Comme Axel sen doutait, il n'en faut pas plus à son oncle pour faire route vers l'Islande. En revanche, si Axel prévoyait bien un long voyage, il est encore loin de se douter des dangers que ce périple lui réserve à lui et son oncle...

Actuellement, les mangas de genre science-fiction sont légions dans le paysage littéraire. Néanmoins, il y a déjà deux siècles, ce genre connaissait déjà une belle popularité, notamment grâce au œuvres d'un auteur nommé... Jules Verne. Le célèbre écrivain français était déjà reconnu à son époque pour ses romans d'aventures, abordant régulièrement les progrès scientifiques de l'époque. Certes, près de 150 ans  de progrès technologies nous séparent dans l'écrivain iconique, pourtant l'adaptation réalisée de main de maître par Norihiko Kurazono n'est ni poussiéreuse ni obsolète. Bien au contraire, le chef d'oeuvre d'anticipation de l'auteur français retrouve une nouvelle vie sous la plume du dessinateur, ont le dessin rend une ambiance fidèle à celle du roman. Kurazono, un mangaka relativement nouveau dans nos contrées,n'est pourtant pas un novice puisqu'il exerce déjà depuis 2009 au japon. Cette adaptation est l'occasion de découvrir un artiste talentueux, qui retranscrit visuellement plutôt bien le récit de Jules Verne, et son ambiance de plus en plus oppressante à mesure qu'Axel, son oncle et leur guide Hans s'enfoncent dans les entrailles de la planète.
Après cette excellente adaptation, il ne reste plus qu'à espérer que les autres œuvres composant les Voyages Extraordinaires trouveront également leur place dans le catalogue Pika. L'idée repose en effet sur un filon d'or, puisque la série publiée à l'époque par Pierre-Jules Hetzel ne compte pas moins de 62 romans et plusieurs nouvelles. Cela offrira également une belle cure de jouvence aux œuvres de Verne, qui bénéficient encore d'une bonne popularité à l'heure actuelle grâce aux fréquentes rééditions du groupe Hachette, successeur de Hetzel dans la publication des œuvres de Jules Verne. Un travail de titan certes, mais qui représente une belle opportunité de lier la littérature française et nippone.

Points forts: 
  • Adaptation fidèle au roman de base
  • le dessin retranscrit fidèlement l'ambiance du récit
Points faibles
  • personnages un peu caricaturaux
Verdict: Un très bon tome!

Bel octobre 2017 chez Ofelbe !


Pour que ce mois d'octobre et avec l'automne qui s'installe, les éditions Ofelbe sont heureuses de vous présenter leurs sorties du mois !

Dès le 26 octobre prochain, les héros de DanMachi - La Légende des Familias et The Irregular at Magic High School vous donnent rendez-vous en librairies pour découvrir la suite de leurs incroyables aventures !
D'un côté, Bell Cranel continue d'écrire sa légende dans les tréfonds du donjon d'Orario. Saura-t-il faire face aux nouveaux dangers qui l'y attendent ? De l'autre, Tatsuya et Miyuki s'apprêtent à participer au célèbre Tournoi des Neuf Écoles ! Cependant, cette édition leur réservera bien des surprises...
Entre une expédition périlleuse au cœur d'un donjon infesté de monstres et une compétition sportive aux allures de tournoi magique, le mois d'octobre s'annonce riche en aventures ! Serez-vous prêts à relever ses nouveaux défis ?


DanMachi - La Légende des Familias Tome 2 




Après avoir déterminé leur formation, Bell, Lili et Welf descendent pour la première fois dans les dangereuses strates intermédiaires. Malheureusement, le Donjon guette. Il épie la moindre erreur, la moindre faiblesse pour lancer ses créatures féroces à l’assaut. À cela s’ajoute la rencontre avec une équipe rivale qui rend la situation catastrophique. Piégés dans les profondeurs entre les troupeaux de monstres et les couloirs interminables, les trois camarades parviendront-ils à rentrer sains et saufs de cette expédition ?

The Irregular at Magic High School - Tome 2 - Le Tournoi des Neuf Écoles
 




En plein été 2095, les écoles de magie se préparent à l’un des événements majeurs de l’année : le Tournoi des Neuf Écoles, une célèbre compétition sportive où tous les apprentis magiciens s’affrontent à grands coups de sorts magiques. Si Miyuki Shiba, jeune prodige et membre du conseil des élèves, a été sélectionnée pour représenter le Premier Lycée au tournoi, son frère, Tatsuya, ne s’attendait pas à être l’un des ingénieurs de l’équipe. Alors que le garçon pensait simplement aider ses camarades à remporter la victoire, la rivalité avec le Troisième Lycée et les conspirations d’un groupe mafieux l’obligeront à monter en première ligne pour triompher de ses adversaires.


Ogeretsu Tanaka vous invite au Yarichin Bitch Club



Dès le 25 janvier 2018, l’équipe Taifu Comics vous invite à passer la porte du Yarichin Bitch Club, un groupe de 5 lycéens follement délurés et décomplexés !


Vous en avez assez de vous prendre la tête, mais vous ne voulez pas vous lancer dans une énième comédie romantique, légère oui, mais beaucoup trop gentille, et aux personnages vus et revus ?

Après la publication française des très bons oneshots Love Whispers Even in the Rusted Night, The Proper Way to Write Love et des premiers tomes de sa série Escape Journey, Ogeretsu Tanaka nous entraîne donc derrière les portes du Yarichin Bitch Club.


Publié en 2016 au Japon, Yarichin Bitch Club est la dernière série à succès d’Ogeretsu Tanaka, ainsi que l’un des derniers phénomènes Boy’s Love à avoir ravi le cœur de nombre de lecteurs séduits par cette alliance pétillante entre comédie et érotisme. Preuve de son incroyable popularité, Yarichin Bitch Club est l’un des grands gagnants des derniers CHIL CHIL BL AWARDS où il s’adjuge la 2e place de la catégorie des Meilleurs Mangas BL, une performance que le titre réitère dans l’édition 2017 des KONO BL GA YABAI (« Ce BL est génial »). Cette notoriété grandissante permet à la série d’Ogeretsu Tanaka de devenir rapidement la meilleure vente BL de l’année 2016 (OSUSUME BL COMICS 2017).

Un ton totalement décalé ainsi qu’un humour mordant auxquels on ajoute une palette de beaux gosses adeptes des plaisirs charnels, telle est la nouvelle recette d’Ogeretsu Tanaka pour sortir ses lecteurs de l’ennui ! Avec Yarichin Bitch Club, la mangaka nous promet une lecture plaisir enflammée, un véritable cocktail aphrodisiaque à savourer en compagnie de garçons toujours prêts à (se) rendre service. Des hôtes extravagants, mais qui se veulent également attachants ! À l’instar de ses précédents titres, Ogeretsu Tanaka met en scène des personnages travaillés qui cachent de véritables zones d’ombre derrière leurs airs déjantés. Dès lors, la question qui se pose est : « Toute cette folie cacherait-elle son lot de beaux sentiments ? »




Pour le découvrir, il faudra intégrer le Yarichin Bitch Club ! Une chose est sûre, dès le 25 janvier 2018, l’équipe Taifu Comics vous propose une lecture gourmande qui ne vous laissera pas insensible!


Avant d’intégrer l’académie Mori Mori, Touno Takashi était un jeune lycéen plein de rêves. Suite à l’annonce de la mutation de son père, il pensait être transféré dans un lycée de Tokyo et s’imaginait déjà au bras d’une jeune et belle petite amie, se baladant dans les quartiers branchés de la capitale. Malheureusement, la réalité fut tout autre. À Mori Mori, Touno se retrouve finalement dans un lycée pour garçon... perdu au fin fond des montagnes japonaises ! Bien qu’il ne se sente pas à sa place, il est rapidement accueilli par Yacchan qui le met à l’aise. Cependant, Touno va vite s’apercevoir que Mori Mori n’est pas un lycée comme les autres. Dans cet établissement, tous les élèves sont obligés d’intégrer un club, sous peine d’être sanctionnés. Après y avoir réfléchi, il décide de rejoindre le club de photographie, mais ce qu’il va y découvrir est au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer. Accueilli par 5 éphèbes déchaînés qui s’amusent avec des sextoys, Touno va rapidement se retrouver confronté à sa nouvelle réalité : il fait désormais partie du Yarichin Bitch Club, un club de sexe qui fait le bonheur des autres lycéens. La vie tokyoïte enflammée dont il rêvait s’éloigne encore un peu plus pour Touno Takashi, un jeune garçon hétéro et vierge pour qui l’enfer commence. Bienvenue au Yarichin Bitch Club !



Notre critique de Blue Reflection



Éditeur : Koei Tecmo, NIS America, Koch Media
Développeur : Gust
Genre : RPG
Version Testée : PlayStation 4
Autres Supports : Steam, PlayStation Vita - Japon uniquement.
Langue : Textes en anglais, voix en japonais
Multijoueur : Non
Classification : + 16 ans
Sortie en France : 29 septembre 2017
Taille d'origine : 19,8 Go
Prix Moyen : 60€


Test réalisé sur une version numérique de l'éditeur


Dernier né des studios Gust - connu pour les séries des Atelier, Ar Tonelico, Mana Khemia -, Blue Reflection est un RPG ancré dans notre époque contemporaine se parant donc d'un contexte plus "réaliste" que leurs autres productions. Initialement disponible au Japon en mars 2017, le soft débarque chez nous 6 mois plus tard dans une version traduite uniquement dans la langue de Shakespeare.

Magical-Girl et lycéenne


Alors qu'elle se destinait à une carrière de danseuse étoile, Hinako Shirai voit son rêve prendre brutalement fin lorsqu'un accident lui laisse une grave blessure au genou. Démoralisée et mal dans sa peau, elle doit cependant faire sa rentrée au lycée pour filles d'Hoshinomiya. Toutefois, grâce aux sœurs Yuzu et Lime, elle devient une Reflector, une combattante du Common, lieu créé par l'inconscient collectif des humains où leurs émotions se manifestent. Jonglant entre sa vie de lycéenne et de Reflector, Hinako va réapprendre à vivre tout en sauvant le monde.

Bien qu'assez classique dans son déroulement, le scénario est agréable à suivre, en grande partie grâce à son héroïne attachante, avec ses qualités et ses défauts. La galerie de personnages qui accompagne Hinako n'est pas en reste et même si certains sont un peu trop stéréotypés ou insuffisamment développés, cela n'en demeure pas moins appréciable.


Monde réel et Common


Durant toute l'histoire, Hinako alternera une partie dans le monde réel, au sein du lycée, et une autre dans le Common.

La vie dans le lycée consiste à assister à des tranches de vie de lycéennes, ponctuées par des phases d'exploration où le joueur devra aller à la rencontrer des autres élèves , que ce soit pour des quêtes ou pour sympathiser avec. Petit détail amusant, à la fin de la journée - qui n'est pas limitée dans le temps -, Hinako rentre chez elle et, en fonction de l'action effectuée, par exemple, faire des étirements avant de dormir, cela influencera le déroulement du lendemain avec de courtes scènes intermédiaires. Ces dernières ne sont pas indispensables à la narration mais permettent de s'attacher un peu plus à notre jeune héroïne et de renforcer l'aspect social du soft.

Si vous avez suivi l'actualité du jeu, vous n'êtes pas sans savoir qu'Hinako doit renforcer ses liens avec ses camarades pour débloquer de nouveaux fragments, des émotions cristallisées et qui permettent d'améliorer les compétences utiles au combat. Chaque lycéennes à ses propres problèmes et il est intéressant de voir la maturité de certaines situations. C'est là une des qualités du soft puisque malgré un ton niais de prime abord, la mise en avant de sujets graves comme le harcèlement scolaire ou la peur des autres apporte de la profondeur aux différentes élèves et permet à Hinako de prendre conscience de certaines choses auxquelles elle n'apportait aucun intérêt autrefois.

Ce rôle de confidente passe principalement par des phases de dialogues mais pas seulement car durant votre temps libre, vous aurez tout le loisir de parler avec vos camarades de classe et de les inviter quelque part. Karaoké, temple, magasin de vêtements, etc. En plus de résoudre leurs problèmes, cela permet à Hinako de mûrir et de changer son regard sur certaines choses. Mentionnons aussi la présence d'une application in-game sur le smartphone de l'héroïne et qui permet aux élèves de discuter entre elles. Ces petits moments du quotidien sont encore une fois assez peu utiles au scénario principal mais apportent un certain cachet humoristique et humain à l'ensemble.

Bref, on sent une réelle volonté de la part du studio de narrer une histoire touchante et pas uniquement centrée sur l'aspect magical-girl. On regrettera cependant un rythme assez lent et une répétitivité exacerbée durant ces phases.

L'autre lieu important est le Common. Ce lieu éthéré représente les émotions du genre humain qui se matérialisent sous la forme de quatre environnements distincts, à savoir, celui de la joie, de la tristesse, de la peur et de la colère. Durant votre exploration, vous devrez récupérer des matériaux pour fabriquer des power-up temporaires ou améliorer les fragments préalablement récupérés en aidant vos amies. De plus, le Common est infesté de démons et c'est l'occasion pour Hinako de mettre à profit ses talents de Reflector.

Du tour par tour sympathique


Les combats se déroulent en fonction d'une "Timeline", une barre située en haut de l'écran avec une icône pour chaque personnage qui combat. La première icône à atteindre le milieu peut agir avant de reculer jusqu'à un point déterminé par la compétence utilisée et de repartir pour un tour.

Durant l'affrontement, le joueur contrôlera en fonction du moment, Hinako, Yuzu ou Lime et pourra, à sa guise, effectuer une action parmi les quatre choix que sont l'attaque, le soutien, la charge d'Ether et l'Overdrive. Les deux premières sont régies par l'utilisation de compétences tel qu'une attaque de zone ou un sort de soin, par exemple. D'ailleurs, certaines capacités disposent d'un effet "Knockback". Concrètement, une fois l'attaque exécutée, la/les cible(s) verront leur positions sur la Timeline reculée de façon plus ou moins importante. Une bonne façon de gagner du temps et de privilégier nos personnages.

La charge d'Ether et l'Overdrive sont directement liés. L'Ether est une énergie propre au Common qu'il faut utiliser à bon escient. Durant la charge, la magical-girl l'effectuant va augmenter la quantité disponible tout en rechargeant ses points de mana rapidement. Une fois une certaine quantité accumulée, l'Overdrive peut être activer. Cette technique permet d'attaquer plusieurs fois durant le même tour, maximisant les dégâts occasionnés.

Intéressant mais pas obligatoire contre les démons classiques, l'utilisation de l'Ether est indispensable face aux combats de boss.

Ces derniers sont indubitablement l'un des points forts du jeu. Jouissant d'une mise en scène réussie, ils feront appel à l'ensemble du gameplay pour espérer être vaincus. L'Ether disponible va s'avérer utile à chaque instant puisqu'en puisant directement dans votre réserve durant le temps d'attente, vous pourrez accélérer la progression des héroïnes sur la Timeline, vous mettre en garde pour une attaque à venir, régénérer vos points de vie et de mana ou encore soigner vos camarades de classe.

En effet, après être devenu amie avec une élève, cette dernière vous prêtera main forte durant ces affrontements. Demandant une certaine quantité d'Ether pour être utilisées, vos nouvelles amies pourront intervenir pendant votre tour en appuyant sur la touche adéquate. Allant d'un soin générale, en passant par une augmentation des statistiques ou une attaque supplémentaire, toutes ont une utilité et peuvent changer le cours d'un combat. Ainsi, l'élève basketteuse délivrera un puissant shoot sur une cible, là où l'élève mélomane activera un sort vous soignant de toutes altérations d'état.

Les boss étant imposants, ils disposent de plusieurs parties qui peuvent attaquer d'elle même et infliger d'énormes dégâts. Il faudra donc réfléchir lors du choix des cibles et ne pas hésiter à concentrer son attaque sur une cible précise. D'autant plus qu'au fil du combat, l'ennemi avancera de plus en plus près de nos héroïnes, symbole de la menace grandissante qui s'approche inéluctablement.

Mais, contrairement aux combats contre des démons qui n'ont aucune incidence en cas de défaite, ces boss que le jeu appelle "Sephira" peuvent conduire à un Game Over si vos HP tombent à zéro, vous obligeant à recharger la dernière sauvegarde effectuée. Malheureusement, la difficulté n'est pas réellement au rendez-vous.

Parlons brièvement de la courbe de progression. Ici, nulle jauge d'expérience et remporter un combat ne vous donnera rien de plus que des matériaux et de la satisfaction personnelle. Le seul moyen d'engranger les niveaux sera d'accomplir des quêtes et de se sociabiliser un maximum avec vos amies afin d'obtenir de précieux points de croissances pour augmenter vos caractéristiques. Un choix original même si cela dénature le principe des combats en minimisant leur intérêts.

Jolie comme un cœur


Le studio Gust, habitué à des productions graphiques acceptables franchit ici un cap qui devrait probablement servir de référence pour leurs jeux à venir. Avec un mélange de cel-shading pour les personnages et des textures plus réalistes pour le reste, le résultat est un régal pour les yeux. Distillant une poésie particulière, les graphismes font honneur à la PlayStation 4, surtout quant on garde à l'esprit que Gust est considéré comme un "petit studio". Hormis quelques rares soucis d'animations lors des déplacements, les personnages - créés par Mel Kishida, à l'origine du character design de la licence Arland Atelier - sont jolies comme tout et les transformations de Hinako, Yuzu et Lime en magical-girl renvoient directement aux heures de gloires du célèbre Sailor Moon.

Idem pour les boss très organiques et imposants qui jalonnent la progression et dont la mise en scène des combats est intelligente. Et que dire de cette courte cinématique de destruction une fois le combat remporté ? Une réussite !

Avec sa douce lumière de fin d'été, les environnements distillent une douce mélancolie et on a l'impression de jouer à un anime malgré quelques texture grossières par moment. Hélas, certains environnements, un peu trop chargés en ombres/lumières/effets, vont faire drastiquement chuter le framerate, entachant l'expérience et ce, même en combat.

En plus de son esthétique gravitant autour de l'univers des Magical-Girls, le fan-service est présent et assumé. Cours de piscine, scènes dans les douches, les héroïnes sont souvent en petites tenues mais le tout reste soft et jamais vulgaire. Petit détail intéressant, si un personnage est sous la pluie, ses vêtements seront trempés, avec notamment, l'apparition du soutien-gorge à travers le tissu, histoire d'accentuer le réalisme.

Mentionnons que le jeu est "Enhanced for PlayStation 4 Pro" mais n'ayant pas de console adéquate, nous ne pouvons dire si la 4K et les chutes de framerates sont au rendez-vous tout comme nous ne pouvons nous prononcer pour la version Steam.

Pour finir sur la réalisation, en ce qui concerne la partie audio notre avis est un peu plus mitigé. Les différentes musiques sont sympathiques avec des notes de piano et du calme lors de l'exploration et un son plus nerveux, plus techno lors des joutes... mais peut-être que des sonorités un peu plus épiques auraient mieux collé à l'ensemble ?

Le doublage japonais est de bonne qualité même si on regrettera cependant que les séquences annexes à l'histoire restent muettes.

Blue Reflection est clairement une bonne surprise. Le studio Gust, dans sa volonté de proposer quelque chose de plus réaliste, réussit non seulement à nous faire passer un agréable moment en compagnie des Magical-Girls mais établit également un nouveau standard graphique pour ce genre de production. Cela dit, tout le monde ne pourra pas apprécier le soft, que ce soit pour son rythme lent, son fan-service sur des lycéennes ou son aspect très "girly". Mais pour peu que vous soyez réceptif au genre, c'est une histoire touchante quoique parfois maladroite avec ses erreurs de jeunesse qui vous attend.

Points forts :
  • Une histoire touchante
  • Hinako
  • Du fan-service assumé
  • Des élèves bien distinctes
  • Un tour par tour efficace
  • Les combats de boss
  • Graphiquement réussi
  • Doublage japonais
  • Bonne durée de vie - environ 40 heures.
  • Les transformations en magical-girls
  • Des touches d'humour
  • Des thématiques parfois matures
  • Bonne musique
Points faibles :
  • Des chutes de framerates régulières
  • Dommage de ne pas incarner d'autres élèves
  • Ne plaira pas à tout le monde 
  • Un rythme lent
  • Une trop grande répétitivité - quêtes et social.
  • Manque de réelle difficultée
  • Certains personnages trop peu développés
  • Uniquement traduit en anglais
Verdict : Un agréable moment.



Un résumé des combattants du Tournoi du Pouvoir ayant été éliminés

Dragon Ball Super, Actu Japanime, Japanime, Toei Animation,

L'arc actuel de Dragon Ball Super risque de passer rapidement à la vitesse supérieure.

Un utilisateur de Twitter a réalisé un tableau offrant un résumé du Tournoi du Pouvoir qui permet de constater en quelques instants qu'il ne reste plus que 28 combattants, dont Goku, Vegeta, Freezer, Gohan, Piccolo, C-17 et C-18 de l'univers 7 ! Cela signifie donc que l'heure du dénouement est proche.

Malheureusement il se pourrait également que le fin de Dragon Ball Super soit proche si l'on en croit Yaraon, un site japonais prétendant qu'il s'achèverait le 25 mars 2018 avec la diffusion de l'épisode 133. 

Dragon Ball Super, Actu Japanime, Japanime, Toei Animation,

Demon Gaze II s'offre un nouveau trailer

Découvrez l'amélioration des personnages et leur interactions

Après un premier épisode sur PlayStation Vita fin avril 2014,  les studios Experience Inc et Kadokawa Games récidiveront le 17 novembre prochain avec Demon Gaze II sur PlayStation Vita et PlayStation 4.

Quelques semaines après le dernier trailer centré notamment sur les démons, un nouveau trailer de gameplay  est dévoilé pour ce Dungeon-RPG qui montre l'amélioration des personnages et un aperçu des interactions entre eux.

"Magnastar a contraint par un sortilège le peuple d'Asteria à lui obéir. Alors que le Parti révolutionnaire cherche à le renverser, c'est à vous, le Demon Gazer, doté des pouvoirs des démons, de libérer les citoyens d'Asteria et de porter haut les couleurs de la révolution."



dimanche 22 octobre 2017

La jaquette de Dragon Ball FighterZ a été dévoilée

Actu Jeux Vidéo, Jeux Vidéo, Arc System Works, Bandai Namco,

Une nouvelle fournée d'images a été mise en ligne.

En attendant l'arrivée d'un trailer supplémentaire, Bandai Namco a décidé d'offrir une dizaine d'images consacrées à Ginyu et Nappa, deux combattants annoncés il y a quelques jours ! Mais également de faire découvrir à quoi ressemblera la jaquette de Dragon Ball FighterZ.

Actu Jeux Vidéo, Jeux Vidéo, Arc System Works, Bandai Namco,

Sa sortie au Japon est prévue le 1er février 2018, il sera disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017