mercredi 15 janvier 2014

Notre critique du tome 1 de « Witchcraft Works »

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Manga, Shonen,
Titre : Witchcraft Works
Mangaka : Ryu Mizunagi
Editeur : Kana
Collection : Shonen
Sortie : 10 janvier 2013
Prix : 6,85€

Takayami est un lycéen ordinaire dont le quotidien se borne à faire de son mieux dans ses études et à supporter le culte que vouent les élèves de son école à la belle Ayaka fille de la directrice. Il faut dire que le moindre contact observé entre la jeune fille et toute personne extérieure à son cercle de fans est immédiatement suivi de représailles dont même Takayami fait les frais. Pourtant, il n’est pas du genre séducteur ni dragueur et préférerait de loin rester dans son paisible anonymat. Mais sa vie va prendre un tournant démentiel lorsqu’au cours de sa corvée de ménage, il se retrouve tête à tête avec un morceau de bâtiment lui tombant dessus ! Quand il ouvre les yeux, non seulement Takayami n’en revient pas d’être en vie mais il y a plus : Ayaka le tient dans ses bras, à plusieurs mètres au-dessus du sol ! Les explosions qui fusent de tous côtés, sa chute dans le vide et la voix d’Ayaka affirmant qu’il est « sa princesse » achèvent la résistance psychologique du garçon qui tombe évanoui. A son réveil, Takayami écoute Ayaka l’inaccessible et si belle élève modèle lui dire qu’elle va le protéger désormais, qu’il est la cible des sorcières de la Tour et qu’elle seule pourra le sauvegarder de ces ennemis. Takayami ne comprend rien à ce qui lui arrive ou si peu. Une seule certitude, entre les attaques répétées qu’il va subir et l’attention que lui porte maintenant Ayaka, sa vie va devenir mouvementée ! Mais pourquoi lui ?

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Manga, Shonen,
 
Un premier tome plutôt riche en rebondissements qui impose un rythme immédiat entre action et jeu de mots humoristiques.

Après une mise en route classique présentant un jeune homme banal à mourir et une jeune fille trop belle pour être approchée, trame typique du shojo, le lecteur ne tarde pas à être désarçonné. Première originalité : l’humour. Les situations exagérées, les jeux de mots et sous-entendus se multiplient avec saveur, ce qui tranche radicalement avec ce que l’on pourrait attendre de ce début. Puis s’installe une série de combats magiques entre l’héroïne et ses ennemies, entre flammes et poupées géantes en forme de peluches armées jusqu’aux dents qui déroute un peu plus le lecteur. C’est donc avec vivacité et une certaine malice que Ryu Mizunagi met en place son histoire peuplée de sorcières, de magie, de personnages bizarres et une intrigue tournant autour du plus improbable des héros.

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Manga, Shonen,

Car il en faut pour trouver du charme à Takayami tant il est mou, gentil mais gauche comme tout. C’est sans doute l’un des éléments qui rend ce premier tome fade, le manque de caractère des protagonistes principaux. Takayami est sans charisme, plat et comme étranger à ce qui se passe tandis qu’Ayaka est pleine de vitalité en plein combat mais détachée, absente et froide le reste du temps. Le manque de franche définition de ces personnages n’est pas fait pour fidéliser le lecteur. De même que le dessin dont le niveau global est bon mais ne parvient pas à différencier nettement les visages des deux héros. En dehors de la coupe de cheveux, ils semblent bâtis sur le même modèle. Le travail graphique est plus réussi sur les scènes d’action, le déroulement des combats, la mise en page et le décor.

Autre point qui peut fâcher : même si c’est la volonté de l’auteur de laisser ses lecteurs dans le même flou que son héros, il est frustrant de réaliser que, passé la dernière page, nous ne savons toujours pas concrètement pour quelle raison toutes ces filles superbes se battent pour kidnapper Takayami !

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Manga, Shonen,
C'est à dire ???
 
Devant le succès rencontré par la version animée de ce manga, il reste à espérer que le second tome de Witchcraft Works mettra fin à cette discordance scénaristique pour mieux éveiller encore l’intérêt du lecteur. L’éditeur Kana ayant le don de bien choisir ses nouveautés shonen, on serait donc tenté de lui faire confiance et de patienter. Ce n’est pas tous les jours que l’on a droit à un nouveau manga basé sur la sorcellerie et la magie, ce serait dommage de ne pas le voir déployer toutes ses possibilités.

Points forts : 
  • Humour 
  • Action 
  • Rythme 

Points faibles : 
  • Design des personnages principaux trop ressemblants 
  • Manque de clarté dans l’intrigue principale 


Verdict : Un tome intéressant 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017