samedi 21 mars 2015

Notre critique du tome 1 de « Blood and Steel »

Asian District, Blood and Steel, Critique Manga, Critique Manhua, Kotoji, Kotoji éditions, Manga, Manhua, Studio Unicorn,

Asian District, Blood and Steel, Critique Manga, Critique Manhua, Kotoji, Kotoji éditions, Manga, Manhua, Studio Unicorn,
Dessinateur : Studio Unicorn
Scénariste : Jozev et Felix IP
Éditeur : Kotoji Éditions
Collection : Asian District
Genre : Manhua, Aventure, Combats, Arts Martiaux Anciens
Public : Tout Public
Site officiel : Kotoji Éditions
Prix : 7,95€
Sortie : 27 mars 2015
Statut de la série en Chine : En cours

Chine, fin du 14e siècle. Les arts martiaux sont une institution répandue dans tout le vaste pays sous la forme d’une quantité indénombrable d’écoles. Seules certaines écoles sortent du lot de par leur histoire, la qualité de leur enseignement, la réputation de leurs techniques uniques, le nombre de leurs disciples. Parmi elles, l’école de Qingcheng est la plus célèbre et reconnue de la province du Sichuan. Le jeune Yan Xiaoliu, 17 ans, rebaptisé Yan Heng par le grand maître de l’école He Zisheng, vient d’atteindre le niveau d’adepte, ce qui est exceptionnel à son âge. Mais il n’a guère le temps de profiter de son nouveau statut : les adeptes de l’école Wudang arrivent sans crier gare à Qingcheng et exigent, sous la menace, que Qingcheng se soumette à l’autorité de Wudang. Même si l’école Wudang peut se prévaloir d’un statut autrefois valorisé et favorisé par l’un des empereurs de la dynastie Ming, sa tendance sectaire de plus en plus flagrante et sa volonté d’assimiler ou d’exterminer toutes les autres écoles d’arts martiaux trahit la folie qui règne à présent dans ses rangs. Le fait est que la rumeur concernant la démence de son grand maître actuel enfle. Fiers, sûrs de leurs techniques et déterminés à défendre leur identité, les adeptes et disciples de Qingcheng, emmenés par leur grand maître, sont bien décidés à se battre…

Asian District, Blood and Steel, Critique Manga, Critique Manhua, Kotoji, Kotoji éditions, Manga, Manhua, Studio Unicorn,
Yan Xiaoliu / Yan Heng
Asian District, Blood and Steel, Critique Manga, Critique Manhua, Kotoji, Kotoji éditions, Manga, Manhua, Studio Unicorn,

La publication française de cette série était très attendue. Le tout jeune éditeur Kotoji s’est lancé dans l’aventure et le résultat est remarquable de qualité, séduisant et prometteur.

Les arts martiaux et les trésors de l’histoire chinoise s’y rapportant sont source de tant de romans et de films qu’il n’est guère surprenant de les voir traduits sous la forme d’un manhua. Pour autant, il ne semble pas aisé d’écrire un scénario se prêtant à la mise en image de ces techniques de combat uniques au monde et moins encore à leur diversité. Jozev et Felix IP y parviennent, centrant cette multitude autour d’une rivalité qui exista manifestement entre les écoles et se perpétua même à travers les siècles. Rivalités, ambitions, orgueil, folie, talents, désir de perpétuer un savoir propre à un enseignement donné sont les ingrédients de cette histoire qui entend nous conter les circonstances d’une lutte qui durera des années. Le soin porté aux explications propres à chaque technique et chaque coup permet à la fois de suivre attentivement les tenants et aboutissants des combats mais aussi de présenter l'art martial avec pédagogie et fun, sans alourdir le récit.

Pour servir ce récit, un jeune héros, doué mais manquant de sagesse, attaché à son école et ses maîtres, sera notre guide. Yan Xiaoliu devenu Yan Heng assiste aux évènements qui vont bouleverser sa destinée. Réaliste, ce personnage est encore immature mais laisse deviner un grand héros en devenir. Autour de lui, on découvre ses camarades, ses frères d’armes, ses maîtres et toute l’amitié et l’admiration qu’il leur voue. Cette profusion de protagonistes plante le décor de l’école Qingcheng, où les règles doivent être respectées pour le bien de chacun, du groupe, de l’école et l’individu lui-même. Saccageant l’ordre trop tranquille, les représentants de la mythique école Wudang apparaissent telles des bêtes féroces, assoiffées de sang, une troupe de tueurs. On devine qu’ils agissent à la fois par goût du sang et adoration aveugle envers leur maître qu’ils savent être fou. Que leur importe… Ce maître puissant est peut-être fou, il leur offre toute liberté d’agir suivant leur ambition, leur désir de grandeur individuelle à travers le groupe. Le lecteur se retrouve ainsi rapidement face à ces deux clans qui s’opposent naturellement et idéologiquement. Et lorsque le combat s’engage, on savoure son déroulement, son suspense et sa suite !

Asian District, Blood and Steel, Critique Manga, Critique Manhua, Kotoji, Kotoji éditions, Manga, Manhua, Studio Unicorn,

Le graphisme du Studio Unicorn est proche des codes du manhua d’action tels qu’on les définit : encrage foncé et très présent, travail du détail très poussé sur les vêtements, les décors, les expressions, les mouvements et un soin apporté à tout élément typique de la culture et de l’histoire chinoise. En revanche, la mise en scène et le découpage de l’action, des combats, permettant de définir et décrire les techniques d’arts martiaux, la puissance physique des protagonistes qui impose leur présence et les définit comme importants, l’alternance entre pleines pages et succession de cases créant dynamisme général et atmosphères, l’expressivité des visages inscrite en plein mouvement de combat font de Blood and Steel un manhua de haute volée esthétique tant la forme sert le fond et lui donne vie. Seule la ressemblance entre certains visages de personnages secondaires permet de minimiser le superbe rendu graphique de ce premier tome.

Kotoji éditions relève le défi avec panache, assurant une qualité d’impression, de papier, de mise en page, de traduction d’un texte très dense (respectant les codes de traduction les plus fiables ainsi que le prouve l’utilisation de Wudang et non Wu Tang peut-être plus connu mais moins fidèle à l’original chinois), et respectant une œuvre qui le mérite. La double page détaillant les armes vues dans ce tome sera appréciée des curieux et passionnés.

C’est un pur plaisir de découvrir Blood and Steel, manhua qui rappelle un certain roman/film (Tigre et Dragon) mais exploite une histoire inédite pleine d’aventure, de droiture, de trahisons et de passions…

Points forts : 
  • Histoire originale ancrée dans un contexte historique réel 
  • Récit qui inclut des éléments historiques dans son texte, suffisamment pour instruire le lecteur, mais pas trop pour rester une bande dessinée
  • Personnages 
  • Combats 
  • Graphisme 
  • Dynamisme 
  • Mise en scène 
  • Traduction 

Points faibles : 
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!!


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017