vendredi 20 mars 2015

Notre critique du tome 1 de « Kill la Kill »

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Kill La Kill, Manga, Shonen,

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Kill La Kill, Manga, Shonen,
Dessinateur : Ryô Akizuki
Scénariste : Trigger & Kazuki Nakashima
Éditeur : Kana
Collection : Shonen
Genre : Baston, Humour, Action
Public : Tout Public
Site officiel : Kana
Prix : 6,85€
Sortie : 20 mars 2015
Statut de la série au Japon : En cours et existe en animé

Au sommet d’une ville inconnue trône l’Académie Honnôji, école menée d’une main de fer par sa présidente, Satsuki Kiryûin. Modèle d’un nouvel ordre visant à éduquer les citoyens selon un régime militaire qui sélectionne et nomme les chefs les plus capables physiquement et intellectuellement, l’Académie Honnôji base son système éducatif sur une hiérarchie construite autour des uniformes goku. Ces vêtements ne sont pas de simples expressions de valeur sociale, ils transforment qui les porte en puissants guerriers, leur donnant une force surhumaine graduelle suivant le niveau de chaque type d’uniforme. Au sein de l’Académie, seule la présidente peut décider qui porte quel uniforme, les élèves lambda sont ainsi traités plus bas que terre. C’est dans ce microcosme injuste qu’apparaît un beau jour une nouvelle élève. D’apparence frêle mais ne quittant jamais le grand étui qu’elle trimbale dans son dos, Ryûko Matoi se fait rapidement remarqué par la désinvolture avec laquelle elle harangue Satsuki Kiryûin, l’accusant du meurtre de son père Isshin Matoi et l’attaquant sans crier gare ! Les rares mots prononcés par l’accusée révèlent peu à peu que le défunt père de Ryûko aurait conçu une arme capable de détruire les uniformes goku et donc d’ébranler l’ordre établi… Le règne de la tyrannie des forts toucherait-il à sa fin ? Rien n’est moins sûr car face à la force conjuguée des porteurs d’uniforme goku protégeant la présidente, Ryûko ne fait pas le poids. A moins qu’une force cachée ne vienne lui prêter main forte ! Et si cette force prenait l’apparence d’un uniforme magique, dôté d’une volonté propre, dévoreur de sang…

Créé à la suite du succès rencontré par l’animé, le manga Kill la Kill affiche résolument une tendance graphique et scénaristique collant à l’œuvre originale. La base du récit s’impose dès les premières cases : une morte tragique, injuste, un crime et une enfant bien décidée à se venger. Les principes dans lesquels s’ancre l’histoire sont clairement expliqués en quelques lignes, de telle sorte que le lecteur plonge rapidement et facilement dans cet univers un peu futuriste et fantasque.

L’action et l’humour se dévoilent tout de suite comme les principaux traits de caractère du manga, pour le plus grand plaisir des connaisseurs de la version animée comme des néophytes qui découvrent Kill la Kill à travers son adaptation papier. Les éléments qui constituent le cœur du scénario, l’héroïne et les principaux intervenants, se succèdent très vite dans une enfilade de cases dynamique et on comprend rapidement que ce sera une trame de structure plutôt classique. L’héroïne devra abattre chaque boss et absorber leur pouvoir avant d’atteindre la big boss !

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Kill La Kill, Manga, Shonen,
Rare page contenant un décor

Attachante et sexy en diable dans son uniforme de combattante, Ryûko a tout pour séduire le public. Elle a peu d’alliés mais ils commencent à émerger, ici une camarade de classe rigolote et naïve, là un professeur qui agit incognito et lui apporte de l’aide… Nul doute que d’autres suivront et que ces premiers amis évolueront par la suite. Les adversaires sont dignes des bons shonens, une équipe éclectique, loufoque parfois, réunissant beautés, beaux gosses, clowns et misters muscles, chacun, on s’y attend, avec sa panoplie délirante et farfelue d’armes spéciales et autres bottes secrètes.

Actu Manga, Critique Manga, Kana, Kill La Kill, Manga, Shonen,

Le graphisme de Ryô Akizuki est classique du shonen, reprend à la ligne le chara-design de l’animé, ce qui inclut malheureusement une quasi-absence d’éléments de décor et peu d’originalité pour les fans de la version originale. Les personnages sont au cœur de chaque case, chaque image et si le trait est dynamique, expressif et s’adapte merveilleusement au scénario et à l’action, on peut déplorer l’impression de lire un copié-collé de l’animé.

Vous l’aurez compris, Kill la Kill est un shonen pur et dur qui joue essentiellement sur l’action, la baston et l’humour apporté tant par les traits de caractères de ses personnages que par le look surprenant et très Cutey Honey que doit adopter son héroïne pour espérer vaincre !

Points forts : 
  • Mise en place du récit 
  • Personnages 
  • Héroïne attachante 
  • Humour 
  • Action 
  • Dynamisme, ça bouge beaucoup! 

Points faibles : 
  • C’est une version manga d’un animé à succès dont on pourrait espérer d’y découvrir plus qu’une redite de l’œuvre originale, ce qui ne semble pas forcément être le cas d'après ce premier tome… 


Verdict : Un Bon Tome !!! 


1 commentaire :

  1. Dommage que le manga ne se détache pas plus de l'anime car je pense qu'il va être difficile d'arriver au même niveau de dynamisme tant m'animation de l'anime est exceptionnelle. Après on est bien, d'accord ! L'anime étant géniale, difficile d'en faire un mauvais manga, surtout si on ne se détache pas du support original comme ce le cas avec l’horrible adaptation manga d'Escaflown ou de Cowboy Bebop. Pour ceux que ça intéresse voici mon avis complet sur l'anime : http://ps4vita.fr/manga-japanim/kill-la-kill/

    RépondreSupprimer

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017