samedi 21 mars 2015

Notre critique du tome 8 de « Montage »

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Jun Watanabe, Kana, Manga, Montage,

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Jun Watanabe, Kana, Manga, Montage,
Dessinateur : Jun Watanabe
Scénariste : Jun Watanabe
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Seinen, Policier, Suspense
Public : Averti
Site officiel : Kana
Prix : 7,45€
Sortie : 6 mars 2015
Statut de la série au Japon : Terminée en 19 tomes


Après l’explosion de l’appartement de Shôta et leur sauvetage in extremis des griffes de Sekiguchi par l’intervention inespérée et mystérieuse de Yûdai Kawasaki, Yamato et Miku profitent d’une relative sécurité chez Akane, la petite amie de Shôta. La nuit est courte et Yamato est vite réveillé par des cauchemars. Il se demande ce qu’il est advenu de Sekiguchi et de Kawasaki. Ont-ils péri dans l’explosion ? S’en sont-ils sortis ? Mais surtout, où Miku et lui peuvent-ils aller à présent ? Il leur faut des réponses et ils manquent de pistes… Heureusement, Shôta, leur bon samaritain, trouve pour eux le bar dans lequel se réunissaient souvent les personnes de la photo, celles qui posent autour de Kawasaki, qui toutes étaient mêlées de près ou de loin au vol des 300 millions. Le patron du bar se souvient bien de cette petite bande d’amis qui du jour au lendemain a cessé de venir dans son établissement. Il leur apprend qu’un seul d'entre eux est encore en vie à sa connaissance, la jeune femme, et qu’elle doit vivre à Okinawa. Yamato reprend espoir. Mais le patron lui donne une enveloppe qui l’inquiète aussitôt : elle est de la part de Taisei et contient de l’argent, deux billets de ferry pour Okinawa et une lettre ! Taisei savait qu’ils se rendraient dans ce bar, il les suit à la trace ! Hésitant mais sans autre choix, Yamato entraîne donc Miku à bord du ferry pour Okinawa. Peut-être se jettent-ils dans un piège tendu par Taisei mais ils n’ont pas le choix !

La fin du tome précédent nous avait laissé hors d’haleine, en plein suspense, avec un affrontement musclé et décisif entre le terrible Sekiguchi et un Kawasaki qui tombait enfin le masque pour sauver les deux jeunes gens. Le mystère sur sa mort que l’on imagine probable reste entier mais Sekiguchi prouve une fois de plus que sa hargne le garde en vie, en piteux état mais bien vivant. Toujours en fuite, Yamato et Miku reprennent leur enquête malgré le choc, soutenus par leur nouveau protecteur, le bouillant et sympathique Shôta, et sa petite amie.

L’étape suivante de ce long périple vers la vérité se passera à Okinawa. Taisei, le gentil professeur qui cache bien son jeu et qui, par une lettre malicieusement laissée à l’attention des deux adolescents, révèle un peu plus sa volonté de les suivre à la trace, dévoile son propre jeu, avec prudence et assurance. On en découvre un peu plus à son sujet mais les indices restent maigres. Contrairement aux deux héros, le lecteur peut se laisser aller et croire que cet homme n’est pas un danger pour Yamato et Miku, qu’il ne leur fera pas de mal même s’il est lui-même déterminé à jouer un rôle dans la résolution de ce vol mythique.

Le huis-clos au sein du ferry est bien mené par Jun Watanabe qui, est-il encore besoin de l’exprimer, sait merveilleusement développer son récit, avec suspense, minutie, crédibilité. Un très bon policier version manga dont les fils et indices sont semés et évoluent suivant un découpage qui entretient le plaisir du lecteur. De nouveaux personnages entrent dans le sillage de Yamato et Miku, amis, alliés et ennemis… Vivement la suite ! On baisse un peu en régime côté action et rebondissements mais pas trop, de telle sorte que l’on appréhende mieux le déroulement de l’enquête que mène Yamato, le cheminement de ses réflexions.

Le trait de Jun Watanabe reste de qualité constante, mise en scène, codes du seinen avec une accentuation de certaines scènes grâce à une expressivité puissante et un large usage de l’encrage foncé. Les caractéristiques physiques des nouveaux venus sont bien détaillées et prouvent qu’il est possible de créer nombre de personnages secondaires sans pour autant mêler leurs apparences.

Kana rend justice à la qualité de cette série non seulement par un travail éditorial sans faute mais surtout par un rythme de parution régulier qui n’abîme pas l’appétit du lecteur.

Ce tome 8 impose un rythme moins soutenu dans cette partie de l’histoire, laisse souffler le lecteur comme les héros de ce polar pas comme les autres, un superbe représentant du genre !

Points forts : 
  • Récit 
  • Réalisme du développement de l’enquête 
  • Personnages 
  • Graphisme complet : expressionnisme, décors, ambiances, dynamisme des mouvements
  • Dynamisme mise en scène 
  • Traduction de dialogues parfois longs et détaillés 

Points faibles : 
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017