jeudi 4 juin 2015

Notre critique des tomes 1 & 2 de « Sword Art Online - Aincrad »

Critique Manga, Manga, Ototo, Reki Kawahara, Shonen, Sword Art Online, Sword Art Online Aincrad,

Critique Manga, Manga, Ototo, Reki Kawahara, Shonen, Sword Art Online, Sword Art Online Aincrad,
Dessinateur : Tamako Nakamura
Chara-designer : Abec
Scénariste : Reki Kawahara
Éditeur : Ototo
Genre : Fantastique, Science-Fiction, Combat
Public : Tout Public
Site officiel : Ototo 
Sortie : 14 novembre 2014
Prix : 6,99€
Statut de la série : Terminée en 2 tomes

Cela fait deux ans que les esprits de Kirito et d’Asuna sont prisonniers d’un jeu vidéo, le Sword Art Online. Tout a commencé avec le lancement d’un jeu en ligne révolutionnaire permettant à ses participants de vivre une expérience en immersion complète, de plonger dans un jeu de type aventure fantasy et de vivre le jeu comme s’ils étaient vraiment dans cet univers. Mais quelques heures après le début de la partie, ils ont réalisé qu’ils étaient prisonniers d’Aincrad, ce monde virtuel dont le programmeur leur a annoncé l’enjeu : terminer son jeu. Les 6000 joueurs devraient parcourir chaque niveau, en vaincre les ennemis et atteindre le dernier et plus haut étage d’Aincrad pour terminer leur partie afin de sortir du programme mais, au contraire d’un avatar, ils risqueraient réellement leur vie à chaque combat ! Deux ans plus tard, plus de 2000 joueurs sont décédés pour avoir perdu un combat ou tenté de sortir du jeu par la force. Kirito, béta testeur un peu mieux armé que les autres pour survivre, était longtemps resté solitaire dans sa lutte. Jusqu’au jour où il rencontra Asuna et que la jeune fille, réputée pour ses talents d’épéiste, lui avait demandé de faire équipe avec elle. Amitié naissante, soutien mutuel indéfectible, leur duo pourra t-il survivre dans le monde sans pitié de Sword Art Online ?

Première adaptation de la saga romancée de Reki Kawahara, Sword Art Online Aincrad s’étend sur deux tomes et saisit le lecteur dès les premières pages.

Le principe de départ est très bon et, même si sa sortie française est simultanée avec des titres rappelant le même concept, il reste novateur de par son approche à la fois classique et différente. Classique car nous avons ici l’immersion de personnages dans un autre monde, fantastique qui plus est. D’abord volontaire puis subie, cette situation les met en danger de mort et leur impose des épreuves à la fois physiques et morales qui vont les changer à jamais. Sans oublier le second thème de cette histoire, peu original lui aussi, la romance qui se tisse entre Kirito et Asuna.  

Différente en raison de l’enjeu morbide qui s’attache aux pas des joueurs, condamnés en sursis dans un univers dont ils doivent apprendre les règles au péril de leur vie. Car joueur expérimenté ou non, tout le monde est prisonnier et le fait que certains choisissent le suicide est un facteur scénaristique audacieux qui renforce l’accent dramatique. Ensuite, en raison de la disparition des avatars des participants dès que la mission réelle se met en place : le programmeur du jeu et geôlier efface toutes les données d’apparence fictive et par un tour de passe-passe expliqué et crédible, restitue chaque élément propre au physique de chacun. Cela donne des surprises amusantes, notamment sur le premier ami que se fait Kirito et qui souhaitait visiblement cacher son âge en se faisant passer pour un adolescent.

La répartition du récit sur deux volumes seulement est assez bien gérée, avec des raccourcis temporels tenant sur des doubles pages avec des textes courts qui résument bien les situations. Il est évident que le roman original est plus riche et que cette adaptation manga aurait pu s’étaler sur une dizaine de tomes sans lasser le lecteur, ce qui aurait peut-être été préférable concernant certains points qui sont rapidement mis en scène, notamment les moments clés de la relation amoureuse des deux héros.

Néanmoins, les révélations sur les motivations et/ou le passé de Kirito comme d’Asuna en tant que joueurs et êtres vivants se retrouvent ponctuellement placés sur l’ensemble des deux tomes, de telle sorte qu’un certain suspense et préservé et que l’effet voulu de renforcement de leur lien et l’attachement que cela suggère auprès du lectorat fonctionne.

En général, chaque chapitre, rencontre, combat, représente une clé qui mène petit à petit Kirito et Asuna sur la piste d’une solution pour sortir du jeu et tient le lecteur en haleine.

Critique Manga, Manga, Ototo, Reki Kawahara, Shonen, Sword Art Online, Sword Art Online Aincrad,

Le trait vif et expressif de Tamako Nakamura sert brillamment le scénario. On passe aisément d’une scène de combat très dynamique à une promenade dans une des villes du jeu dans laquelle Kirito fait des courses. La palette d’émotions suggérées est large et s’applique à nombre de protagonistes, offrant la vedette à des seconds rôles. Le suspense, la stupéfaction et la peur sont poignants dans la longue scène durant laquelle les joueurs apprenant leur nouveau statut de prisonniers. De même le romantisme tendre et maladroit qui fait le quotidien de Kirito et Asuna est un plaisir sur lequel plane une sentence permanente que tous deux ressentent visiblement. 

Les décors du monde d’Aincrad sont succincts. Ils sont le plus souvent suggérés et ne joue qu’un rôle mineur dans le récit.

Critique Manga, Manga, Ototo, Reki Kawahara, Shonen, Sword Art Online, Sword Art Online Aincrad,

Le chara-design d’Abec est agréable, il reflète bien l’aspect jeu vidéo de l’histoire mais on a parfois l’impression que Kirito et Asuna (dont on n’apprend les âges respectifs qu’en toute fin du récit) sont plus jeunes qu’en réalité quand, au contraire, d’autres personnages tels que Klein paraissent bien vieux pour leur vingtaine d’années ! Du côté des créatures ennemies, super boss ou non, on voit un peu de tout et cela fait son effet (crapaud géant, squelette géant, démon cornu aux accents bibliques géant aussi…).

Ototo a sorti les volumes 1 & 2 en même temps, sympathique attention pour son lectorat. Le travail éditorial respecte la version japonaise avec une bonne traduction et mise en place agréable des textes parfois denses, des pages couleurs en introduction de chaque tome, une impression sans faute et de belles jaquettes, le tout pour un prix standard alors que chaque tome présente 190 pages.

Evasion, baston, suspense, univers jeu vidéo, romance, ces deux tomes sont un pur plaisir qui donne envie de lire le roman original comme l’ensemble de la saga Sword Art Online !

Points forts : 
  • Développement du récit 
  • Adaptation en scénario d’un roman dense 
  • Personnages attachants 
  • Mise en place de la thématique jeu vidéo qui tourne au cauchemar 
  • Humour bien placé 
  • Romance 
  • Graphisme 
  • Chara-design général 
  • Expressivité – traitement des émotions 
  • Dynamisme 
  • Édition française de qualité 

Points faibles : 
  • Chara-design reflète parfois mal l’âge des protagonistes 
  • Deux tomes seulement
  • Restriction qui précipite certains éléments du récit 


Verdict : Deux Excellents Tomes !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017