lundi 1 juin 2015

Notre critique du tome 1 de « The Heroic Legend of Arslan »

Actu Manga, Critique Manga, Hiromu Arakawa, Kurokawa, Manga, Shonen, The Heroic Legend of Arslan, Yoshiki Tanaka,

Actu Manga, Critique Manga, Hiromu Arakawa, Kurokawa, Manga, Shonen, The Heroic Legend of Arslan, Yoshiki Tanaka,
Dessinateur : Hiromu Arakawa
Scénariste : Yoshiki Tanaka
Éditeur : Kurokawa
Collection : Shonen
Genre : Héroic-Fantasy, Action, Combat
Public : Tout Public
Site officiel : Aucun
Sortie : 14 mai 2015
Prix : 7,65€
Statut de la série : En cours de publication

Tandis qu’une énième bataille oppose le Royaume de Parse à celui de Lusitania, le jeune prince Arslan poursuit son apprentissage du combat auprès de son maître d’armes. A 11 ans, il se débrouille mal face à la vigueur et l’expérience du vieux soldat. Lorsque son père, le roi Andragoras revient en vainqueur à la capitale, Arslan n’est guère surpris de le voir l’ignorer. Pas plus qu’auprès de sa propre mère Arslan ne parvient à susciter la moindre marque d’affection de la part de cet homme imposant et sévère. Isolé depuis sa naissance entre les murs du palais et de la capitale Ecbatana, le prince ne connaît du monde extérieur que ce qu’on lui a enseigné. Il peine à comprendre les raisons de ces guerres, d’autant que tous les peuples adorent le même dieu Yahldabôth mais prétendent combattre en son nom ! Lorsqu’il est pris en otage par un jeune esclave Lusitanien tout juste arrivé en ville avec d’autres prisonniers, Arslan n’a d’autre choix que de le suivre dans sa fuite à travers la cité. Leur échange est bref et violent mais le jeune prince comprend que beaucoup de choses lui échappent sur les motivations des peuples qui s’opposent à son père et à Parse. Décidé à en apprendre plus, Arslan souhaite élargir son horizon au-delà des leçons de ses professeurs. Mais quatre années passent et ce prince si peu reconnu par son propre père va se heurter brutalement à la réalité de la guerre.

Actu Manga, Critique Manga, Hiromu Arakawa, Kurokawa, Manga, Shonen, The Heroic Legend of Arslan, Yoshiki Tanaka,
Actu Manga, Critique Manga, Hiromu Arakawa, Kurokawa, Manga, Shonen, The Heroic Legend of Arslan, Yoshiki Tanaka,

The Heroic Legend of Arslan adapté par le génie de Hiromu Arakawa, on attendait sa publication française avec impatience et on avait bien raison !

Evidemment, pour qui aime lire de l’heroic-fantasy, le début de ce récit n’est guère original mais il promet une succession d’aventures et une diversité passionnantes. Arslan est d'emblée un personnage attrayant car s’il est d’abord plutôt mou, il évolue rapidement à travers les premières péripéties de ce volume 1, en accord avec les années qui passent (il y grandit de 11 à 15 ans). On le devine déjà généreux, trop gentil sans doute pour sa charge et peut-être même enfant illégitime au vu du dédain qu’il inspire bien malgré lui à son père. Et lorsqu’il doit participer à son premier champ de bataille, ses progrès de combattant sont évidents, tout autant que sa ferme volonté de survivre. Arslan n’est donc pas gentil au point de refuser de tuer pour empêcher qu’on le tue. Si ce héros est un rien classique, sa mise en place rapide et efficace annonce un avenir de chef de guerre, ou du moins de souverain à travers nombre d’embuches !

Actu Manga, Critique Manga, Hiromu Arakawa, Kurokawa, Manga, Shonen, The Heroic Legend of Arslan, Yoshiki Tanaka,

Autour de lui se positionnent d’autres protagonistes typiques du genre Heroic-fantasy. Des peuples, ennemis, de mystérieux alliés pourtant indésirables à la cour d’Ecbatana et un groupe de généraux nommés par le roi, tous d’âge et d’expérience variables. Parmi ces derniers, certains seront des traîtres, d’autres de fidèles serviteurs, au risque de perdre leur titre mais animés d’un sens du sacrifice sans faille envers leur seigneur. Préférant le prince à son père, le compagnon protecteur et futur maître d’armes d’Arslan, Daryûn a tout du grand frère qui guidera le héros à travers les méandres de son destin.

Des ennemis de l’extérieur on apprend peu de choses : des soldats anonymes, un traître au royaume de Parse et une ancienne connaissance du roi Andragoras avide de vengeance mais masquée. On comprend néanmoins en même temps qu’Arslan que l’esclavage systématique des peuples vaincus pose un problème et soulève logiquement un désir de rébellion qui a longtemps couvé avant d’exploser. La suite nous dira comment le prince réagira face à tout cela…

Graphiquement, on retrouve le style identifiable de Hiromu Arakawa. Arslan rappelle beaucoup Edward Elric (Fullmetal Alchemist) et il n’est pas le seul à faire écho aux protagonistes de la série la plus connue de la mangaka ! Le jeune esclave en fuite ressemble à Alphonse Elric, Daryûn évoque Ling Yao… Le chara-design d’Andragoras en revanche est assez nouveau. Outre ces évidentes correspondances, Hiromu Arakawa a encore perfectionné son art de la mise en scène qui s’adapte au rythme de chaque situation. Que l’on découvre le prince dans son quotidien, le suive dans sa course à travers la ville alors qu’il est saisi par le jeune esclave, explore ses réflexions ou tremble alors qu’il combat pour défendre sa vie, on ne perd rien du déroulement de ses faits et gestes. De même, les scènes d’affrontements armés, tactiques à l’appui, sont dessinées avec un dynamisme croissant qui concourt à soutenir un suspense poignant et efficace. Shonen soigné, les décors et détails sont travaillés de telle sorte que l’on se situe immédiatement et profite des contrastes entre chaque recoin de la riche cité royale, la plaine d’Atropathènes servant de champs de bataille décisif, la sombre forêt qui accueille la fuite d’Arslan en fin de tome.

Kurokawa connaît l’attachement des fans d’Hiromu Arakawa et soutien toute nouveauté de la mangaka par une édition française. Pour ce premier tome de la série The Heroic Legend of Arslan, un soin particulier a été porté sur un premier tirage collector avec jaquette à effet métallisé, des pages couleurs en introduction et un petit dossier d’interview en fin de tome permettant d’en apprendre un peu plus sur Yoshiki Tanaka, scnéariste mais surtout auteur de la version romancée dont est inspiré le manga.

Vivement la suite !

Points forts : 
  • Récit qui commence très fort 
  • Bonne adaptation d’un roman à un manga, sans dialogues trop longs ni excès dans le détail 
  • Heroic-Fantasy typique mais prometteur 
  • Héros attachant qui évolue bien dès ce premier tome 
  • Personnages secondaires intéressants 
  • Dynamisme dans la mise en scène 
  • Décors bien traités 
  • Graphisme connu de la mangaka mais adapté à ce récit 
  • Édition française collector pour le premier tirage 

Points faibles : 
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017