dimanche 21 juin 2015

Notre critique du tome 1 du roman « Sword Art Online - Aincrad »


Illustrateur : Abec
Auteur : Reki Kawahara
Éditeur : Ofelbe
Collection : Aucune
Genre : Shonen, Fantastique, Science-Fiction
Public : Tout Public
Site officiel : Ofelbe
Sortie : 12 mars 2015
Prix : 19,90€
Statut de la série : En cours de publication

Un jeu vidéo comme les autres ? Ou simplement mieux que les autres ? C’est ce qu’aurait dû être l’expérience au cœur du monde virtuel de Sword Art Online si la communauté de 6000 joueurs n’en était devenue la victime. Le monde de ce jeu nouvelle génération dans lequel l’immersion complète offre une aventure exceptionnelle est devenu une prison dont aucun joueur ne sortira tant que le jeu ne sera pas terminé par au moins l’un d’entre eux. Telle fut la sentence annoncée par le maître et créateur du jeu. Toute tentative de s’échapper du monde de SAO, tout combat perdu contre un autre joueur, un monstre ou un boss se solde par une mort réelle. Survivant comme ils le peuvent, cela fait deux ans que les quelques 4000 joueurs restant attendent que d’autres réussissent l’impossible pari. Car seuls les rares téméraires ou talentueux joueurs se lancent dans l’exploration des niveaux, se frittent à leurs gardiens et tracent peu à peu le chemin vers une possible liberté. Le danger réel a poussé nombre d’entre eux à jouer en équipe. Mais quelques joueurs solo persistent à affronter ce quotidien seuls, en dépit de tous les risques. Kirito est de ceux-là. Il pense que c’est la meilleure solution pour lui. Du moins jusqu’à ce qu’il accepte de faire équipe avec Asuna, la plus talentueuse des épéistes. La course pour la reconquête de leur liberté ne fait que commencer.

Avant d’être un manga, un animé ou un jeu vidéo, Sword Art Online est d’abord une série de romans écrits par Reki Kawahara. Fasciné par l’attirance parfois dévorante de certains joueurs pour l’univers virtuel, l’auteur a laissé voguer son imagination sur cette problématique, entrevoyant une infinité d’histoires qui pourraient toutes avoir pour lien un duo de personnages et un univers virtuel inédit. Le pari est remporté non seulement au Japon où Sword Art Online est devenu un phénomène à part entière mais aussi en France avec la publication et la diffusion de tous les supports nés de cette première série romancée.

Il faut dire que si le pitch de départ n’est pas si original car exploité par nombre d’autres écrivains et de mangakas, la manière dont Reki Kawahara explore les différentes composantes de cette aventure marque un fossé intéressant avec les œuvres semblables. Les questions morales, psychologiques, sont au cœur du récit de SAO.

On retrouve donc un environnement de jeu vidéo en immersion complète offrant un réalisme plus vrai que vrai pour la perception et le cerveau des participants, un jeu de RPG dans lequel l’art de l’épée est loi, des personnages un peu typiques mais qui deviennent attachants et crédibles de par l’exploration de leur psychisme. Mais porté par un enjeu de vie ou de mort, ce qui marque une grande différence avec des licences un peu similaires façon Log Horizon, Sword Art Online impose un axe dramatique poignant qui ne quitte que rarement l’esprit des personnages comme du lecteur. Nombre de réflexions et d’actions y sont fatalement liées puisque pouvant directement causer un décès. L’acte même d’affronter un joueur est marqué par l’idée que le combat doit être remporté sans qu’il soit fatal, à moins de devenir un meurtrier. Evidemment, cela n’ennuie pas tout le monde…

Si pas mal de joueurs attendent leur libération planqués dans les villes du monde de SAO et comptent indirectement sur le sacrifice des autres, les héros que sont Kirito et Asuna, sans être des monstres de vertu, ne souhaitent pas gagner leur liberté ni rester en vie au prix d’autres vies. C’est la raison qui pousse Kirito à jouer en solo pendant deux ans et Asuna à progresser vite pour s’allier à la plus puissante des Guildes. Pourtant, leur collaboration va changer cette manière d’aborder leur périple dans SAO. Séduit par la force, le courage, la beauté et la gentillesse d’Asuna, Kirito accepte de s’allier avec elle, comprenant qu’elle souhaite quitter sa Guilde même s’il en ignore les raisons. De son côté, Asuna cherche depuis longtemps un moyen de se rapprocher de lui car le rencontrer fut une sorte de claque pour elle : ce jeune homme à l’attitude désinvolte alors que le danger peut surgir de partout lui a apporté une grand force intérieure et la certitude qu’elle n’avait pas besoin de se tourmenter nuit et jour pour trouver comment rester en vie, comment quitter ce monde.

Assez typiques des héros de mangas de par leur physique, leurs talents respectifs, certains traits de caractère, Kirito et Asuna incarnent bien les adolescents qu’ils sont censés être et on s’identifie facilement à eux. Néanmoins, Reki Kawahara parvient à en faire de superbes héros dont la psychologie incarne les questions que l’on serait amené à se poser dans ce genre de situation, leurs tourments, leur romance, leurs décisions, on entre bien dans le cadre de ces romans fantastiques qui explorent les facettes de l’humain lors de situations exceptionnelles.

Format de roman oblige, on a bien évidemment beaucoup plus de détails sur le monde de Sword Art Online et de sa forteresse Aincrad que dans n’importe quel support qui s’en est inspiré. Si le manga de seulement 2 tomes retraçant l’aventure Aincrad est un peu court, le roman met en scène un monde très complet, complexe parfois, mais que l’on comprend et interprète bien mieux. Rien n’est oublié, tout est expliqué et le lecteur se retrouve plongé dans cet univers à 110%. L’action alterne avec quelques moments romantiques, tactiques, comiques, ludiques, et le tout est aussi bon qu’un roman de fantasy classique. L’écriture de Reki Kawahara est fluide, aisée à lire et à suivre, on ne s’égare pas dans un flot de détails sans intérêt, il va à l’essentiel sans oublier de cadrer chaque situation pour mieux la rendre vivante. La traduction est brillante, elle respecte à ce titre le style de l’auteur.

Ce premier tome de la saga SAO comprend plusieurs parties. La première relate l’intrigue principale, les quatre autres racontent le périple de Silica, une dompteuse de monstres et sa rencontre avec l’imperturbable Kirito du temps de sa quête solo, on apprend aussi comment Kirito a obtenu l’épée blanche si semblable à son épée noire grâce à la talentueuse Lisbeth, forgeron bien que jeune fille, la découverte de la petite Yui par le couple Kirito-Asuna et la triste raison pour laquelle Kirito ne voulait plus avoir la responsabilité de la vie d’autrui sur ses épaules. Certains de ces épisodes sont exploités dans les adaptations manga et animé mais toutes permettent de mieux comprendre Kirito et Asuna ainsi que le lien qui les unit.

La superbe illustration de couverture comme les 36 autres, couleur et noir et blanc, sont signées Abec et la plupart semblent tirées de la version animée dont il est le chara-designer. Impression couleur de belle facture, insertion cohérente avec le récit, association à quelques lignes de texte du roman et présentation évoquant les échanges verbaux dans nombre de jeux vidéo font de ces ajouts illustrés un parfait complément.

Les éditions Ofelbe travaillent ainsi une approche cross-médias entre les divers supports d’une même histoire, permettant aux lecteurs de se plonger véritablement dans le récit. Les romans Jeunesse étiquetés SF ou fantastique pullulent aujourd’hui mais Sword Art Online sort du lot par la qualité de son histoire, de son écriture, de son édition française, et surtout s’adresse à tous les lecteurs, de tous âges et pas forcément fans de pop culture japonaise ou connaissant déjà l’univers de SAO.

Points forts :
  • Univers bien mis en place et réaliste 
  • Suspense avec vrai enjeu de vie ou de mort 
  • Personnages sympathiques et intéressants 
  • Aspect psychologique bien développé sans en faire trop 
  • Style de l'auteur agréable à lire et qui va à l'essentiel 
  • On peut lire le roman sans rien connaître des autres adaptations de la saga 
  • On aime lire le roman même si on connaît les autres adaptations de la saga 
  • Roman jeunesse pour tout public 
  • Qualité éditoriale 

Points faibles :
  • Néant


Verdict : Un Très Bon Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017