mercredi 2 septembre 2015

Notre critique du tome 2 de « Sangsues »

Actu Manga, Casterman, Critique Manga, Daisuke Imai, Manga, Sakka, Sangsues, Seinen,

Actu Manga, Casterman, Critique Manga, Daisuke Imai, Manga, Sakka, Sangsues, Seinen,
Dessinateur : Daisuke Imai
Scénariste : Daisuke Imai
Éditeur : Casterman
Collection : Sakka
Genre : Seinen, Thriller, Suspense, Tranche de Vie
Public : A partir de 16 ans
Site officiel : Aucun
Sortie : 26 août 2015
Prix : 7,95€
Statut de la série : Terminé en 5 tomes

Yoko a survécu à son premier face à face avec la violence du monde des sangsues. Mais elle doit trouver un nouveau squatte. Usant de sa petite astuce habituelle, elle entre dans l’appartement d’une jeune femme durant son absence et espère se reposer un peu. Peine perdue : elle est surprise par un duo d’intrus qui semble bien connaître les difficultés qu’elle rencontre. Sans le savoir, Yoko s’enfonce d’un pas supplémentaire dans les rudes réalités de la vie de sangsue et va comprendre qu’il existe bien plus malheureux qu’elle… Pendant ce temps, le sombre Tsukinuma cherche de nouveau à l’approcher.

Ce second tome est un régal. Daisuke Imai excelle dans cette thématique réaliste et sombre, installée dans le manga par des pionniers tels qu’Inio Asano (Un Monde Formidable, Bonne Nuit Punpun). Attaché à une dérive que l’on rencontre dans les pays industrialisés comme forme de rébellion aux contraintes sociales, le thème de Sangsues est original, intéressant, traité sans parti pris, pathos ni exagération.

Après avoir mis en place le choix, les mésaventures, la débrouillardise de Yoko, le personnage de Tsukinuma et les dangers de la vie marginale, ce tome 2 poursuit le récit avec logique et suspense. Loin de la descente aux enfers à laquelle on pourrait s’attendre pour Yoko, ses rencontres se révèlent utiles et pédagogiques puisqu’elle reste une sangsue novice. C’est donc avec elle que le lecteur en apprend un peu plus sur cette étrange société et ses règles. Mêlant l’exploration psychologique au thriller, Daisuke Imai conte l’injuste destinée de jumeaux chinois condamnés par la politique de leur pays. Ajoutant la noirceur de la marchandisation des êtres humains aux problèmes existentiels qui régissent la vie des sangsues, le mangaka rappelle qu’il y existe deux types d’individus, ceux qui ont choisi et les autres. Ainsi s’explique la violence qui règne au sein des sangsues, au-delà même d’une guerre de territoire.

Yoko affirme son malaise, balloté entre son désir de liberté et l’espérance de retrouver une place dans sa famille. Son attention aux autres et sa candeur de nouvelle venue dans cet univers pourrait être à la fois sa meilleure arme et ce qui la perdra. On apprécie de découvrir une nouvelle facette de Tsukinuma, personnage sombre et violent qui incarne l’ambiguïté de la vie de sangsue. En présence de Yoko, le secret de celui qu’il fut et qui écoutait un peu son cœur de simple garçon renaît lentement. Pour autant, on espère en apprendre plus encore à son sujet car rien ne paraît certain. Dans Sangsues, il n’y a pas de happy end pour le moment, mais qui sait… ?

Reprenant un style éprouvé, Daisuke Imai installe les pensées tourmentées de ses protagonistes dans de larges cases noires, appuyant sur leur psychologie et contrastant avec l’éclat des dialogues. Il parvient même à glisser une note d’humour à travers le caractère de Yoko qui aime surprendre son nouvel entourage comme le lecteur.

Cet encrage des cases se mêle à un dessin précis, expressif, nu de détails inutiles, concentré sur une mise en scène efficace et la spécificité du design de chaque personnage. Il y a peu de jeux d’encre, on passe du noir au blanc, en association ou en opposition, illustrant dans la forme le dualisme du scénario. La mise en case sert le découpage de l’action qu’il fluidifie, active le suspense lors des conflits, renforce le récit. Enfin, le travail sur les décors est de haute volée, détaille un urbanisme tantôt hostile tantôt réconfortant mais rarement familier même pour les héros.

Avec Sangsues, Casterman propose une série à la fois courte et de grande qualité générale qui, en dépit de la gravité de son thème, s’adresse à un large lectorat. Impression, traduction, mise en cases du texte, papier choisi, jaquette et première page couleur, la qualité éditoriale est là.

Vivement la suite !!!

Points forts : 
  • Thème original et bien traité 
  • Scénario intelligent 
  • Mélange thriller et problème de société 
  • Personnages bien définis et attachants, même les seconds rôles 
  • Réalisme documenté 
  • Série courte 
  • Graphisme maîtrisé et pointilleux au service du récit à 200% 
  • Qualité éditoriale 

Points faibles : 
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017