dimanche 18 octobre 2015

Notre critique du tome 6 de « La Cité des Esclaves »

Actu Manga, Casterman, Critique Manga, La cité des Esclaves, Manga, Sakka, Seinen,

Actu Manga, Casterman, Critique Manga, La cité des Esclaves, Manga, Sakka, Seinen,
Dessinateur : Hiroto Ôishi
Scénariste : Shinichi Okada
Éditeur : Casterman
Collection : Sakka
Genre : Seinen, Science-Fiction, Suspence
Public : Public Averti
Site officiel : Aucun
Sortie : 21 octobre 2015
Prix : 7,95€
Statut de la série : En cours de publication

Après le dernier combat, Ryûô a asservi l’inquiétante Fujiko. Mais un nouvel élément perturbateur vient d’entrer en scène avec pour toute identité le symbole d’une étoile. La piste commençant dans un lycée, c’est là que Ryûô envoie son esclave la plus dévouée, Julia, pour enquêter. Il lui faut le nom de ce nouveau venu dans le monde du SCM et de son maître. Rapidement rejointe par Fujiko, Julia veut à tout prix réussir mais lorsqu’elle fait enfin face aux mystérieux individus, elle ne comprend que trop tard qu’elle est tombée dans un piège…

Avec ce tome 6, les cartes s’apprêtent à changer de mains ! Jusqu’alors, Ryûô, malin, intrépide et sans scrupule est parvenu à explorer ses capacités comme maître. Pourtant, à trop en vouloir, il s’en prend cette fois-ci à plus fort que lui. L’arrivée d’un nouveau genre de maître ou porteur d’un modèle de SCM beaucoup plus puissant modifie le cours des choses et c'est bien vu. L’entrée en scène du créateur de ce dispositif unique et vicieux marque un tournant intéressant qui promet une suite plus élaborée qui évitera au manga de tomber dans la redondance. Les nouveaux personnages sont détestables à souhait tandis que Julia demeure la poupée jolie au service de son maître et donc pas si attachante que ça. C’est sans surprise qu’elle se dévoile comme le premier cas de développement de dépendance envers son maître sans SCM. On peine toujours à trouver sympathique l’équipe de Ryûô malgré les évènements des dernières pages… On regrette la révélation centrée sur Julia, plutôt incohérente et de trop dans le scénario, cependant, l’annonce d’une intervention de Eïa et les siens dans le nouveau conflit est prometteuse !

Le dessin de Hiroto Ôishi est élégant même pour du seinen, offre tantôt un contraste entre l’apparence des protagonistes et leur caractère tantôt une parfaite adéquation ! L’accent est mis sur les personnages et laisse peu de place à l’environnement, juste ce qu’il faut pour planter l’ambiance et situer les scènes. Le découpage et la mise en cases offre un bon suspense et une fluidité de lecture au service du scénario.

La Cité des Esclaves demeure un manga à double tranchant car si on aime ses particularités attachées à la psychologie des personnages un rien tordus pour la plupart, on est moins convaincus par le fond du scénario qui, jusqu’à présent, n’a fait que présenter des duels ayant pour but d’agrandir une équipe au détriment d’une autre. Ce tome 6 pourrait être annonciateur d’un tournant décisif pour le meilleur comme pour le pire.

Points forts : 
  • Base du récit original 
  • Affrontements qui use beaucoup de l’aspect psychologique dans le scénario 
  • Personnages très variés 
  • Mise en scène 
  • Quelques surprises 
  • Qualité éditoriale 

Points faibles : 
  • On s’attend à des enjeux plus importants qu’une lutte entre clans mais ça tarde à venir 
  • Personnages peu attachants 
  • Fond de l’histoire demeure flou 


Verdict : Un Tome Moyen !!!


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017