mardi 17 novembre 2015

Notre critique du tome 2 de « Devil’s Line »

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Devil's Line, Kana, Manga, Ryo Hanada, Seinen,

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Devil's Line, Kana, Manga, Ryo Hanada, Seinen,
Dessinateur : Ryo Hanada
Scénariste : Ryo Hanada
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Fantastique, Suspense, Romance
Public : Ado et plus
Site officiel : Aucun
Prix : 7,45€
Sortie : 16 octobre 2015
Statut de la série : En cours de publication

Bien que gravement blessé, Anzai a laissé Tsukasa et poursuivi le sniper. Rendu fou furieux par l’odeur du sang mais plus encore par l’image du visage ensanglanté de sa bien-aimée, le jeune homme s’est précipité sur l’ennemie. Touché une nouvelle fois, il aurait succombé si un autre garçon n’était pas apparu pour lui faire boire le sang d’une petite bouteille. Anzai guérit à vue d’œil mais sombre, inconscient. Effarée, l’inconnue sniper interpelle celui qui, sortit de nulle part, est venu en aide à Anzai. Comme aveugle au danger, ce garçon aux longs cheveux presque blancs lui fait remarquer que tous les vampires ou demi-vampires ne sont pas des machines à tuer, que bien des humains sont capables eux aussi du pire… Soudain, Anzai se relève, mais le sang avalé a achevé de le transformer. Il faut bien l’intervention d’une Tsukasa en pleurs mais décidée pour le retenir de tuer l’assaillante. Mais qui est derrière cet assassinat raté ? Et comment Anzai réagira t-il une fois redevenu maître de lui ?

Comme espéré avec le premier tome, cette suite installe Devil’s Line comme un récit de vampires qui sort du lot. On l’avait pressenti et écrit dans la première critique, les choses allaient fortement bouger et c’est bien ce qui arrive pour tous les protagonistes de ce manga.

Anzai encaisse un choc des plus sévères avec l’ingestion subite, non désirée mais utile de sang humain et cela cause une réaction en chaîne des plus palpitantes ! Ryo Hanada ne se contente pas du mythe du vampire séduisant à se laisser mordre jusqu’à la mort, non, elle prend le contre-pied de ce cliché pour nous montrer un Anzai terrifiant, dont la mâchoire plus encore que ses yeux injectés de sang, vire à la mutation rappelant précisément un mammifère chasseur, un peu tigre, un peu préhistorique, avec des incisives très longues, très larges et des lèvres retroussées et avides ! La certitude s’affiche définitivement : Devil’s Line ne sera jamais un manga de vampires super esthétiques à la manière de tant d’autres et c’est tant mieux.

Terrifié par sa transformation, Anzai déserte ensuite le terrain, s’enferme et refuse de revoir l’élue de son cœur. Tsukasa se retrouve donc seule avec ses questions, ses larmes et son désir de le revoir, non sans deviner les raisons de cette disparition volontaire. Le champ est alors libre à l’entrée en scène moins théâtrale de notre nouveau héros, Hans, un autre hybride, celui qui a maladroitement aidé Anzai à guérir. Facétieux, très à l’aise avec sa nature, Hans se rapproche de Tsukasa par ce qui semble pour le moment un simple besoin d’amitié. D’emblée, il est attachant et laisse planer quelques intéressantes questions sur le lien qu’il pourrait avoir avec le passé d’Anzai. Ce personnage permet aussi et surtout d’intégrer des explications sur la nature des demi-vampires, sur les contraintes de leur survie auxquelles Anzai n’a pas été formé. A moins qu’il ne les refuse… ?

Au contact de Hans, Tsukasa comprend un peu mieux celui qui fait battre son cœur et envisage non seulement de lui avouer clairement ses sentiments mais de le protéger désormais de lui-même. Bref, notre héroïne commence à devenir actrice du récit. L’avenir de cette romance n’est pas encore assuré à la fin du tome 2 car si nos deux personnages principaux doivent éclaircir pas mal de choses entre eux, un danger extérieur à la nature même d’Anzai s’installe franchement.

Mis en place avec l’entrée en scène du sniper revanchard, le complot d’une espèce d’organisation secrète visant à révéler la dangerosité des vampires à la population et à initier leur éradication occupe une bonne moitié de ce tome. Parmi les protagonistes de second plan, les équipiers d’Anzai prennent un peu d’ampleur dans le récit et les ennemis sont présentés avec toute leur cruauté et leur détermination. On a donc la formation classique mais accrocheuse de deux camps qui ne vont pas manquer de s’affronter par la suite. Les dernières pages achèvent de solliciter le suspense alors qu’une terrible vérité concernant Anzai promet d’être révélée…

Graphiquement, on a une belle corrélation entre le fond et la forme puisque les maladresses esthétiques sont toujours là mais que cet aspect renforce encore l’impression d’apparence monstrueuse des vampires et hybrides. Ryo Hanada met à profit son manque de maîtrise pour dessiner des créatures qui ne sont en rien séduisantes une fois sous l’emprise de leur soif de sang. Mêlé à une mise en scène et en cases du genre terreur, angoisse et suspense, ce chara-design sert à merveille le récit. Pour le traitement des mouvements, des expressions, des environnements, l’alternance grandes et petites cases met en valeur l’action au cours d’une terrible nuit qui favorise au moins les retrouvailles espérées. L’usage des trames accentue encore cette facette du scénario qui décidément tient en haleine !

La devise imprimée en quatrième de couverture, Le démon est humain, l’humain est un démon, prend tout son sens dans ce tome 2 ! Kana a non seulement déniché une bonne série du genre vampire/seinen mais aussi fait ce qui apparaît être un très bon choix de publier simultanément les deux premiers tomes. Devil’s Line promet de devenir une série à lire !

Points forts : 
  • Évolution du récit + + + (voir devise de couverture) 
  • Développement intéressant des personnages, surtout Tsukasa 
  • Nouveaux protagonistes accrocheurs, même les méchants ! 
  • Personnages attachants 
  • Suspense 
  • Action 
  • Complot ! 
  • Imagerie du vampire à l’inverse du cliché belle-gueule absolue… 
  • Dessin qui s’applique à servir pleinement le scénario 
  • Bonne mise en scène 
  • Atmosphère + + 
  • Sorti avec le tome 1 
  • Édition de qualité 

Points faibles :
  • Toujours des maladresses graphiques, surtout proportionnelles, un peu dommage


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017