dimanche 13 mars 2016

Notre critique du tome 1 de « Albator : Dimension Voyage »


Dessinateur : Kouiti Shimaboshi
Scénariste : Leiji Matsumoto
Éditeur : Kana
Collection : Shonen
Genre : Action, Science-Fiction, Aventure
Public : Tout public
Site officiel : Kana
Prix : 5,95€
Sortie : 19 février 2016
Statut de la série : En cours de publication

Une guerre spatiale a autrefois menacé la Terre et tous ses habitants. La légende de ceux qui se sont battus pour les protéger est dans tous les esprits même si certains de ces héros ont depuis longtemps abandonné la planète bleue pour partir à la conquête de l’espace. Qui reste-t-il alors pour sauvegarder la Terre de nouvelles attaques ? Un de ces bienfaiteurs du passé devenu pirate de l’espace : le Capitaine Albator. La rumeur dit de lui qu’il est juste, qu’il ne s’attaque qu’aux puissants qui exploitent les faibles. Alors que la menace des Sylvidres vient s’ajouter à la corruption et l’anarchie qui font loi sur Terre, Albator réapparaît au grand jour…


C’est sous la direction et avec un scénario du maître Leiji Matsumoto qu’est née cette version des aventures d’Albator. Pour les fans comme pour les connaisseurs ou les néophytes, le travail de Kouiti Shimaboshi sur Capitaine Albator : Dimension Voyage réconcilie tous les lecteurs de Matsumoto en offrant au mythique héros créé par le maître une cure de jouvence.

Le scénario de ce tome 1 présente ce que les fidèles lecteurs et autres fans de la série animée des années 1980 identifient comme l’univers d’Albator. Rien ne manque, de la parfaite restitution de la personnalité de chaque protagoniste connu jusqu’à leurs caractéristiques physiques créées par Matsumoto sensei. Albator est bien décrit tel le mystérieux capitaine devenu renégat par convictions, pirate qui ne laisse jamais deviner ni faiblesse ni émotions mais qui ne s’attaque jamais aux faibles et poursuit une sombre destinée. A ses côtés se massent des compagnons qui furent et seront encore ses alliés les plus fidèles : l’inventeur de son pistolet sur-puissant Tôchirô Oyama, la sublime et alter ego pirate féminin Emeraldas, le jeune Tetsurô Hoshino et Tadashi Daiba sorte de miroir de celui que fut sans doute Albator dans sa jeunesse avant d’être rudement frappé par les revers de l’existence et de la guerre. Sans oublier les nombreux membres d’équipage de son vaisseau incomparable, l’Arcadia. Tous les personnages de l’univers Albator et plus encore du monde merveilleux de Matsumoto sensei sont au rendez-vous pour faire face au nouveau combat qui s’annonce : l’invasion Sylvidre. Un bon tiers du tome est ainsi dévolu à la présentation de Tadashi Daiba ainsi qu’aux circonstances de sa rencontre avec Albator qui décidera de son destin. Toute la mise en place de ces protagonistes et du contexte qui fait la renommée d’Albator et doit le présenter comme héros dans toute sa valeur occupe tant ce 1er tome qu’au final tout se résume à une belle introduction se terminant sur la promesse d’un flash-back passionnant !


Visuellement, on admire le travail de Kouiti Shimaboshi car il reprend au trait près tout le charme du style Matsumoto en transformant le old school style du maître et l’adaptant aux codes plus contemporains de sorte que tout le récit y gagne en séduction. Les regards sont intenses, les cheveux tracés mèches à mèches suivent les mouvements de leur propriétaire, les visages expriment la force des sentiments, les corps affichent une haute ressemblance avec le chara-design né des mains du maître et identifient aux yeux des fervents lecteurs de Matsumoto tous les individus connus auxquels ils sont attachés et qui doivent être là.


On retrouve l’influence de Matsumoto dans ce traitement des personnages autant que dans les larges plans du vaisseau Arcadia et de l’espace étoilé. A cela s’ajoute les nuances propres à Kouiti Shimaboshi qui renforce la présence des protagonistes par une mise en scène et un découpage alternant plans larges et serrés, mettant en avant les actions et réactions par de grandes cases ou pleines pages centrées sur un des personnages. L’encrage bien nuancé souligne également l’action, la force des pensées et des sentiments.


L’association de ces deux grands mangakas fait du come-back d’Albator une vraie réussite qui donne un coup de jeune au mythique héros. Kana nous offre un titre à la fois nouveau et conforme aux attentes des fans de la saga !

Points forts : 
  • Come-back réussi d’un grand héros de la sphère manga 
  • On retrouve tout ce que l’on aime et connaît du monde d’Albator 
  • Respect des fans et de l’œuvre original du maître 
  • Personnages identifiables aisément car très proches en tous points de ce que Matsumoto a créé 
  • Texte un peu moins dense que dans l’œuvre de Matsumoto, qui gagne en efficacité car le dessin prend le relais 
  • Version plus contemporaine qui va séduire les plus jeunes lecteurs 
  • Histoire accrocheuse 
  • Suspense 
  • Zest d’action prometteur 
  • Graphisme qui reprend le style Matsomoto en tout mais modernise l’ensemble 
  • Intensité de la mise en scène
  • Édition française de qualité 

Points faibles : 
  • C’est un tome d’introduction dans lequel il se passe finalement peu de choses 


Verdict : Un Très Bon Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017