mercredi 22 juin 2016

Notre critique du tome 16 de « I am a Hero »

Suivez toute l'actu de I am a Hero sur Japan Touch, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma

Lisez notre avis concernant le tome 16 de I am a Hero
Dessinateur : Kengo Hanazawa
Scénariste : Kengo Hanazawa
Éditeur : Kana
Collection : Big Shonen
Genre : Baston, Post-apocalyptique, Morts-vivants
Public : Public averti
Site officiel : Kana
Prix : 7,45€
Sortie : 22 avril 2016
Statut de la série : En cours de publication

Hideo et Hiromi rattrapent Oda alors qu’elle tente de leur fausser compagnie. Ils parviennent tant bienque mal à la convaincre de rester, au moins le temps de réfléchir ensemble mais ils sont soudainement attaqués de la pire façon qui soit. Qui d’Hideo ou d’Hiromi aura la force de faire ce qui doit être fait ?

Coup fatal dans une récit de zombies, il y a toujours un moment où un protagoniste récurrent auquel on s’était attaché qui doit quitter l’aventure… C’est le point de mire de ce nouveau tome. Bien que les deux filles s’entendent mal, Hiromi est décidée à ne pas laisser Oda partir seule et peu importe qu’elle soit enceinte. Mais alors que sa détermination semble avoir convaincu Oda, l’enfer qu’est devenu leur monde refait surface de pleine fouet.

Aussi bon que dans un Walking Dead, le suspense prend aux tripes : les traces au sol, la chose qui rampe sous le véhicule… Et une Oda qui prend une décision avant qu’il ne soit trop tard. Elle sauve ainsi ses deux compagnons mais les place dans une situation terrible. Il faut toute la volonté d’Hiromi pour mettre un point final à son calvaire et cette ultime scène est à la fois terrifiante et déchirante. Restés face à face, Hiromi et Hideo replongent dans leurs réflexes instinctifs de survie psychique : la colère pour elle et l’imaginaire pour lui. Mais une évidence se fait jour pour eux deux : ils ne peuvent survivre l’un sans l’autre. Ils vont devoir se faire confiance comme jamais. La route sera encore longue…

Pour clore ce volume, on change de continent pour entrer dans la ville de Pise en Italie, dont les rues sont bondées de ZQN et surmontées d’agglomérats de zombies cherchant visiblement quelque chose. Un petit groupe de faux survivants nous invite de l’autre côté du miroir, dans ce qui reste de conscience des ZQN. Ce point de vue, plein de réflexions sur l’avenir de l’humanité et la raison d’être de tout ceci, les ZQN comme les étranges mutants engendrés involontairement un peu partout dans le monde, nous éclaire sur le devenir intérieur de ceux qui ne sont plus humains d’apparence mais gardent un soupçon de conscience… Pour un certain temps ? Ou pas ?

Toujours aussi maître de son art et de son récit Kengo Hanazawa sert, comme chaque fois, une succession de pages millimétrées pour nous faire trembler. La fatalité d’Oda nous saute aux yeux avec ces grands cases de traces sanglantes au sol, ces deux pleines pages de la chose qui se traîne vers sa future victime, ces gros plans sur le visage d’une Oda qui comprend immédiatement et décide dans le même temps. La symbolique est très forte entre sa dernière action et volonté et ce qui la motivait pour quitter ses deux compagnons de route. La face cachée du miroir des faux survivants d’Italie est aussi traitée pour donner de sacrées claques visuelles : la surprise est efficace ! Faut-il vraiment rappeler que le talent de Kengo Hanazawa s’applique si aisément à reproduire un paysage urbain italien qu’on croirait regarder une photographie ?

La fin du monde par Kengo Hanazawa est toujours aussi spectaculaire, abordant l’horreur, la SF et la réflexion psychologique indispensable à tout bon récit du genre avec un style unique dont on ne ressort pas indemne.

Points forts : 
  • Tournure dramatique et inattendue 
  • Suite parfaite pour ce genre d’histoire 
  • Rappel violent de la réalité aux protagonistes principaux : ne jamais se relâcher ! 
  • Suspense + + + 
  • Horreur + + + 
  • Drame qui pousse les trois principaux héros dans leurs retranchement psychiques 
  • Présentation d’un point de vue nouveau : la conscience qui reste aux ZQN au-delà de leur apparence 
  • Graphisme maîtrisé à 200% 
  • Mise en scène et en cases au service du suspense 
  • Tout est soigné, des personnages aux décors 
  • Édition française de qualité 

Points faibles : 
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017