dimanche 5 juin 2016

Notre critique du tome 6 de « Blood and Steel »

Suivez l'actualité de Blood and Steel sur Japan Touch

Avis concernant le tome 6 de Blood and Steel
Dessinateur : Studio Unicorn
Scénariste : Jozev et Felix IP
Éditeur : Kotoji
Collection : Asian District
Genre : Aventure, Arts Martiaux Anciens, Combats
Public : Tout public
Site officiel : Aucun
Prix : 7,95€
Sortie : 3 juin 2016
Statut de la série : En cours de publication

Tandis que le quatuor vainqueur s’éloigne de Chengdu à bord d’un navire affrété par le père de la fougueuse Tong Jing, le grand maître de Wudang, Yao Lianzhou, arrive au sommet du mont Huashan. L’école Huashan est la plus reconnue avec Wudang comme école de l’art de l’épée et Yao Lianzhou entend bien démontrer que Wudang est invincible sous le ciel… Face à cet homme plus jeune et venu seul, les grands maîtres de Huashan pensent que cette provocation sera sans dommage pour eux, ils ont tort ! Leurs blessures guéries, Jing Lie, Koreiran, Yan Heng et Tong Jing voguent vers la cité de Wushan, se rapprochant du mont Wudang pour assouvir leur vengeance. Et tandis que l’entraînement se poursuit pour chacun, Yan Heng perd patience avec Tong Jing. Mais l’arrivée du père de la jeune fille va changer sa manière de la voir…

Toute l'actu de Blood and Steel

Ce sixième tome est scindé en deux parties bien distinctes. Dans un premier temps, on assiste à une démonstration de force de la part du légendaire grand maître de Wudang digne des meilleurs combats shonen. Techniques ancestrales maîtrisées à la perfection, capacités uniques de Yao Lianzhou, anticipation de toutes les parades et attaques de ses adversaires pourtant guerriers renommés de l’école Huashan…

Tout est mis en scène et décrit case à case de manière tenir le lecteur en haleine tout en insistant sur l’art de l’épée du kung fu, les variantes de ces deux écoles, les enjeux, motivations et convictions de chacun. L’enchaînement des combats se fait naturellement, met en lumière le talent incontestable et ravageur du maître de Wudang qui, en dépit de son apparente jeunesse semble ne connaître aucun adversaire digne de ce nom.

C’est un florilège que nous propose les auteurs de Blood & Steel, une succession de danses de la mort et de l’art martial dans sa plus pure et complète expression. De quoi ravir le lecteur !

Faisant pendant à cette éclatante démonstration de puissance par un homme dont on voit l’invincibilité flamboyante, la suite du périple des quatre héros, champions de la vengeance se poursuit plus calmement. L’entraînement de Tong Jing ne se fait pas sans humeur et, finalement, Yan Heng abandonne, préférant se consacrer à ses propres efforts, soucieux de gagner en force et en maîtrise pour atteindre son but ultime. Mais, au contact de Jing Lie puis du père de Tong Jing, Yan Heng comprend que sa jeune amie est tout aussi méritante que lui, qu’elle se débat de son côté avec un destin qu’elle refuse mais qui lui est imposé par sa famille. Et le souvenir de ce qu’elle a fait pour lui, de la vie qu’elle failli sacrifier, lui rappelle ce qu’il lui doit., que leur amitié naissante lui est déjà précieuse.

Bref, Yan Heng comprend qu’il a encore beaucoup à apprendre avant de critiquer les autres, qu’il est lui-même encore bien jeune et puéril.

Le destin de ces quatre héros se tisse avec leur amitié, en parallèle de la menace qui grandit partout autour d’eux à mesure que Wudang étend son emprise.

Evidemment, le graphisme de ce nouveau tome est dans la lignée des précédents : éblouissant. Dans les scènes d’action et de combat, la fluidité des mouvements associée à une mise en cases dynamique rend toute la virtuosité des acteurs épéistes et clarifie les explications techniques en bulles. Chaque pas et geste est découpé de manière cinématographique, soutenu par des lignes de fuite et un encrage minutieux de telle sorte que le lecteur peut ainsi suivre les enchaînements des combattants. Le suspense est créé par cette mise en scène très pointue.

Le chara-design du nouveau personnage vedette, Yao Lianzhou est un mélange de séduction, d’orgueil et d’assurance dont on sent qu’il faut se méfier. Son vêtement et ses postures mêmes rappellent l’image du chevalier de Wudang imposé par l’adaptation cinéma de Tigre et Dragon.

Dans les instants de paix narrative, le rythme ne faiblit pas : expressions variées des visages suivant les situations et pensées, démonstration de techniques, enveloppement des personnages dans des décors changeants et variés, atmosphère de calme avant la tempête… Rien n‘est laissé au hasard.

Si ce nouveau tome fait la part belle au nouveau personnage de Yao Lianzhou pourtant chef des ennemis jurés de nos héros, il n’en demeure pas moins un excellent nouvel opus car il installe l’image durable d’un adversaire dont on imagine mal comment il pourrait être battu !

Points forts : 
  • Suite logique et évolution du récit qui évite le piège de l’enchaînement des duels pour les héros 
  • Entrée en scène spectaculaire du boss de Wudang qui s’impose comme invincible ! 
  • Nouveau personnage mystérieux mais accroche le lecteur par sa force et son charisme 
  • Combats + + + 
  • Approche toujours plus fouillée des arts martiaux ici avec l’art de l’épée 
  • Mise en scène + + + 
  • Humour 
  • Développement des personnages et de leurs liens 
  • Graphisme parfait (chara-design, décors, détails…) 
  • Dynamisme mise en cases 
  • Édition française de qualité avec toujours petits bonus culturels en fin de tome 

Points faibles : 
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017