dimanche 10 juillet 2016

Notre critique du tome 1 de « Dead Tube »

Suivez toute l'actu de Dead Tube sur Japan Touch, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma

Actu Manga, Critique Manga, Dead Tube, Delcourt / Tonkam, Manga, Seinen,
Dessinateur : Touta Kitakawa
Scénariste : Mikoto Yamaguchi
Éditeur : Delcourt
Collection : Tonkam
Genre : Seinen, Horreur, Suspense
Public : Public averti
Site officiel : Aucun
Prix : 7,99€
Sortie : 15 juin 2016
Statut de la série : En cours de publication

Tomohiro est un adolescent timide, sans grande confiance en lui dont la seule passion est le cinéma. C’est grâce à cela et au soutien de la responsable du club d’études cinématographiques de son lycée qu’il s’est mis à filmer dans l’espoir fou d’en faire plus qu’une passion à l’avenir. Mais ce n’est pas ce rêve fou qui le pousse à accepter l’étonnante requête de Mai, la plus belle fille de l’école lorsqu’elle lui demande de la filmer 24h/24 durant deux jours entiers. Comment refuser une telle demande ? Tour à tour fasciné, irrésistiblement attiré ou agacé, Tomohiro suit donc Mai dans ses faits et geste durant deux jours, passant même la nuit chez elle, sans lâcher sa caméra. Mais quel est le but de tout ça ? Tomohiro croit comprendre le pourquoi lorsque le second jour le conduit sur les pas de Mai à son premier rendez-vous amoureux avec la petite frappe du lycée. Il imagine même rapidement devoir tenir sa caméra alors que le couple va passer à l’acte… Quand soudain, il se retrouve éclaboussé de sang !

Le survival manga frappe une nouvelle fois mais est-ce pour le meilleur ? Dead Tube commence de manière assez classique dans ce premier tome, avec une présentation de son propos, des protagonistes, une mise en scène efficace, quelques bonnes ficelles éprouvées mais la finalité du jeu pervers reste à découvrir.

On oscille entre déjà vu et appropriation des clichés du genre pour servir un scénario qui tente de sortir des sentiers mille fois battus. A ce jeu, le duo Mikoto Yamaguchi – Touta Kitakawa s’en sort plutôt bien. Il faut dire que le scénario cherche délibérément à surprendre le lecteur, qui croit à une énième version du garçon timide et introverti méchamment dragué et manipulé par une camarade sexy, un rien perverse, qui pourrait bien trouver amusant de provoquer les hormones du garçon… Cela jouté aux autres protagonistes très habituels, la fille aux superbes formes mais tout aussi timide que le héros, la responsable du club très belle et très sûre d’elle toujours prêt à aider les plus jeunes, le voyou qui prend son pied à martyriser les plus faibles..., on croit facilement être en face d’un manga sans grande saveur quand, aussi soudainement que Tomohiro, on ne peut que regarder le sang envahir les cases, gicler, salir et apporter un parfum plus pervers encore mais tellement plus intéressant. La dualité de ce titre est là.

Le fond, on le comprend avec les dernières pages, sera de mettre le lecteur face à face avec ses propres perversités de voyeurisme, de le pousser à s’interroger sur la question du jusqu’au-boutisme porté par les personnages de Dead Tube.

Pour autant, on termine la lecture du volume 1 sans connaître la véritable nature de la rivalité qui oppose les différents créateurs de ces vidéos de meurtre au milieu desquelles Tomohiro se retrouve plongé un peu malgré lui. Est-ce un concours ? Un jeu ? Quel sera le prix ? Ou le prix à payer ?

Le titre même de Dead Tube désigne clairement un Youtube qui ouvre tant de fenêtres sur tout et n’importe qui, incite à en vouloir toujours plus et Tomohiro est une projection du lecteur : il tombe des nues, se retrouve piégé par son désir de regarder, désir naturel mais en même temps, qu’est-ce qui le retiens auprès de Mai ? Est-il à ce point piégé ou bien refoule-t-il difficilement ses propres désirs de voyeurisme ? Parti pris attrayant!

Le trait de Touta Kitakawa, hérité de son travail dans le style hentai, est diablement bien adapté à la thématique comme aux subtilités narratives que l’on devine déjà. Tous les personnages féminins sont particulièrement soignés, sexy et sensuelles. La banalité est l’attrait principal de Tomohiro et la mise en scène souligne les changements de rythme, insistant sur une montée du suspense subtile.

Vous l’aurez compris, Dead Tube brouille agréablement les pistes et pourrait bien sortir du lot sans trahir son propos en imposant une morale. Au lecteur de réfléchir et de choisir.

Points forts : 
  • Manga du genre survival qui tente de sortir du lot 
  • Histoire qui commence lentement avant une claque de poids, et ce n’est pas la première
  • Personnages banals mais bien construits 
  • Fond du récit qui se devine et est dans l’air du temps 
  • Dessin adapté à la narration 
  • Chara-design typique 
  • Mise en scène + + + 
  • Suspense + + 
  • Édition française réussie 

Points faibles : 
  • Pas mal de clichés 
  • Si on comprend le propos sous-jacent, il y a une grande inconnue qui demande à être exploitée par la suite : la finalité de ce jeu pervers. 


Verdict : Un Bon Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017