mercredi 27 juillet 2016

Notre critique du tome 4 de « Ninja Slayer »

Suivez toute l'actu de Ninja Slayer sur Japan Touch, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma

Lisez notre avis concernant le tome 4 de Ninja Slayer
Dessinateur : Yuki Yogo et Warainaku
Scénariste : Yoshiaki Tabata
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Fantastique, Baston, Humour
Public : Tout public
Site officiel : Kana
Sortie : 1er juillet 2016
Prix : 7,45€
Statut de la série : En cours de publication

Ninja Slayer a disparu avec son dernier adversaire. Personne n’est certain qu’il soit mort mais son absence est une bénédiction pour les criminels en tout genre. Les ninjas s’en donnent à cœur joie et dominent même les yakuzas qui sont victimes de leur harcèlement. C’est ce qui arrive à Yamahiro, le chef du clan Elephanto Yakuza. Sous la menace et la brutalité de Burglar, un ninja affilié au terrible syndicat Sôkaiya, cible de Ninja Slayer, alors que son refus de céder au racket lui vaut une avalanche de coups, Yamahiro voit surgir un sauveur inattendu, un homme vêtu d’un costume cravate, armé jusqu’aux dents et arborant un masque du démon Tengu. Il est le yakuza tengu, le tueur de ninjas, un vengeur pour les yakuzas… contre rétribution !

Flamboyant tome 4 que ce nouvel opus de Ninja Slayer.

Des surprises qui se succèdent avec un nouveau héros pas si net, le retour sur le devant de la scène d’un personnage phare de la série et des protagonistes secondaires qui font plus que remplir leur rôle. Chaque case est la maille d’une chaine qui ne s’arrête pas un instant et fait de la lecture un réel plaisir d’évasion mêlée de punch aussi distrayant qu’un bon film d’action.

Avec un Ninja Slayer aux abonnés absents on pouvait craindre une baisse de régime ou un faux pas dans la narration mais il n’en est rien grâce à l’entrée en action de Yakuza Tengu. Charismatique, bon combattant, de nature déroutante entre ses attributs cybernétiques, son discours de barré et ses gadgets dignes d’une bat-cave, Yakuza Tengu a la classe ! Il poursuit sa propre quête avec ses moyens bien à lui, ne mâche pas ses mots pour les uns comme pour les autres et apparaît l’opposé de Ninja Slayer, plus poussé par l’appât du gain que par la vengeance ou sa conscience. Question baston, c’est un as qui déboulonne les ninjas ou êtres possédés par des esprits ninjas surpuissants. Ses armes et gadgets hi-tech combattent les aptitudes physiques surhumaines des ninjas et font jeu égal.

Nés à la suite de leur massacre par Yakuza Tengu, les nouveaux ninjas grands adversaires de ce tome 4 sont de très bons méchants qui tueraient père et mère… jusqu’à leur petit frère. Avides d’argent, de sexe et de sang, rien ne doit entraver leur succès. Le contraste entre ce qu’ils sont devenus et ce qu’ils étaient, représenté par leur frère resté lui-même, est intéressant. Leur ultra-violence sans limite se brise sur l’amour fraternel de celui qui est demeuré simple humain, et qui, s’il est effrayé, reste envers et contre tous dévoué à ses frangins.

Dans l’univers de la mégalopole abandonnée par la justice, l’honnêteté et le courage, tout est possible surtout le pire et seule la force de Nnija Slayer, aussi surhumaine que celle de ses ennemis, peut faire la différence.

L’enchaînement des cases est énergique, il présente un défilé intense, d’action incessante tout en étant fluide et compréhensible, vrai challenge avec cet encrage si puissant qui fait l’identité de ce manga et dégage une aura immédiatement identifiable, association de l’action shonen et de l’ambiance sombre façon seinen.  

Le chara-design des nouveaux venus les distingue bien les uns des autres, se font dans le style de la série et impose des personnalités définis et poignantes ? Costumes, accessoires, expressions, décors intérieurs et extérieurs dans lesquels évoluent les protagonistes, tout est bien travaillé, méticuleux sans en avoir l’air.

Les bases de l’univers Ninja Slayer sont posées à présent : un monde futuriste, dominé par la violence représentée par les antiques clans yakuzas d’un côté et des êtres possédés par des esprits magiques de ninjas légendaires après un grave accident ou leur propre mort. La guerre est déclarée entre ces ninjas unis au sein du syndicat Sôkaiya et les antiques clans yakuzas qui, une fois dominés, sont forcés de faire affaire avec Sôkaiya en reversant une partie de leurs gains, en achetant des clones yakuzas pour servir leurs affaires… Et au milieu, quelques ninjas possédés qui refusent le camp de la criminalité et se tournent peu à peu vers le Ninja Slayer, être solitaire, possédé mais indépendant qui ne veut que tuer les criminels et se venger…

Présentant son contexte aux accents fantastiques un tome après l’autre, Ninja Slayer s’impose peu à peu comme une très bonne série qu’il fait bon suivre tant ses défauts s’estompent pour laisser place à un pur plaisir de lecture.

Points forts : 
  • Suite énergique avec de bons nouveaux personnages même en l’absence du héros principal 
  • Action + + + 
  • Baston + + + 
  • Personnages bien construits
  • Nouveau héros barré mais classe ! 
  • Méchants flippants et sauvages 
  • Dessin au service de l’histoire 
  • Mise en scène énergique et fluide 
  • Tous détails très soignés 
  • Chara-design réussi 
  • Édition française de qualité malgré un encrage puissant 

Points faibles : 
  • Il faut encore patienter pour connaître la source de la rage de Ninja Slayer 


Verdict : Un Très Bon Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017