jeudi 11 août 2016

Notre critique du tome 1 de « Desperate Housecat & Co »

Suivez toute l'actu de Desperate Housecat & Co sur Japan Touch, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma

Lisez notre avis concernant le tome 1 de Desperate Housecat & CoDessinateur : Rie Arai
Scénariste : Rie Arai
Éditeur : Akata
Collection : WTF
Genre : Comédie
Public : Tout public
Site officiel : Aucun
Sortie : 30 juin 2016
Prix : 6,95€
Statut de la série : Terminée en 3 tomes

Avec ses yeux de chat, Deneuve, comme l’a baptisée un lycéen charmé par son pelage tout blanc et sa paisible présence, observe le va et vient des humains. Sa rue est tout son univers mais cela ne l’empêche pas de voir et surtout d’imaginer et se moquer du monde des hommes, de leur quotidien, de leur petite vie si pleine de tracas, de surprises bonnes et mauvaises, d’espoirs, de rencontres et de grands défis. Un peu narquoise, très critique, hautaine mais avisée, Deneuve nous invite dans les vies de Yûka qui ne s’en laisse pas compter par sa belle-mère sévère, de Sasami qui doit disputer l’affection de l’élu de son cœur à un pigeon de compagnie sadique, d’un kappa dont l’écrasante beauté perturbe chaque humain auquel il se révèle, de Yui déçue par l’amour et en révolte contre les codes de la société…

Un manga atypique en diable véritable concentré d’un humour décalé et savoureux, voilà le secret de ce premier tome de Desperate Housecat & Co.

Rie Arai reprend les plus connus et ritualisés des codes du shojo pour les détourner systématiquement et avec finesse. Chaque chute offre le sourire et la bonne humeur, un pur moment de détente, un concentré de bonheur sur papier.

Certains épisodes font 2 à 3 pages maximum mais tous font leur petit effet. Si les personnages mis en scène sont nombreux, on retrouve trois couples vedette. Deneuve et son lycéen qui ne rate pas une occasion de lui faire des câlins alors qu’il se rend à l’école ou en revient ; Yûka et sa belle-mère qui ne parvient pas à imposer son autorité tant sa jeune bru se plaît à tourner en dérision tout reproche qu’elle lui fait et le lui retourne comme si de rien n’était ; et Sasami dont la peur panique du pigeon domestique de son petit ami lui gâche la vie !

Le rythme des mini-histoires est très bon. On aime la juste interprétation du regard acerbe de Deneuve qui juge sévèrement les humains tout en se laissant séduire par l’un d’eux dont elle attend les visites, adore les mots doux et les caresses. Tout en elle nous rappelle ce que l’on pense des chats et de leur attitude en général, c’est juste très félin, avec un humour à contre-emploi !

Contre-emploi tout aussi réussi dans les différents épisodes opposant Yûka à sa belle-mère. Aucune des critiques qu’elle peut lui faire ne parvient à entamer la confiance d’une Yûka qui ne manque jamais de répartie moqueuse et / ou cinglante, toujours sur un ton de fausse ingénue, de la pure comédie !

Quant à Sasami qui est véritablement terrorisée par Pitchou le pigeon, on est partagé entre rires et dérision car il est évident que plus il sent sa peur plus il cherche à la blesser et à monopoliser l’attention de son maître. Plus sournois que Deneuve, Pitchou n’a pas la parole pour exprimer ses tactiques ou intentions envers Sasami, toute la force de la terreur qu’il inspire à sa proie s’exprime par ses yeux vides et fixes, sa facétieuse manie de la harceler un peu partout, où qu’elle se trouve !

Le dessin est aussi équilibré que la structure narrative. Même si le chara-design est super classique, la grande variété des expressions souvent extrêmes qu’il affiche est, avec la mise en scène, la clé de l’impact comique très réussi de l’ensemble.

L’accent est porté sur le détail par les lignes de fuite et les plans serrés sur les têtes des animaux, soutient l’importance du premier rôle donné aux petites bêtes. Deneuve est un chat blanc massif, épais et lourd, on la croit paisible alors qu’elle a un sale caractère ! De même Pitchou avec ses yeux vides bien centrés en pleine case, affiche son côté malin avec de bien mauvaises intentions… de quoi compatir face à la peur qu’il inspire à Sasami !

Ce premier tome réussi l’exploit de donner un nouveau souffle au genre manga kawai sur les chats et plus largement au gag manga ? Le narrateur est un animal peu avenant, capricieux, un rien hypocrite… bref très humain ! Sarcasmes et rires au rendez-vous, du très bon manga pour tout public.

Points forts :
  • Manga surprenant
  • Humour décalé réussi à 200%
  • Plusieurs petits chapitres tous accrocheurs et sympas
  • Ton changeant
  • Pas de chat kawai, ici c’est le félin désagréable et hautain qui a la vedette
  • Ensemble de personnages très bien créé, tous attachants
  • Toutes situations sont prenantes, on veut tout lire
  • Mise en scène très adaptée au récit
  • Dynamisme
  • Effets réussis de cadrages qui insistent sur les temps forts
  • Édition française sans faute

Points faibles :
  • Chara-design un peu basique


Verdict : Un Très Bon Tome !!!
 
 
 

0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017