vendredi 2 décembre 2016

Notre critique du tome 1 de « Dead Dead Demon’s Destruction »

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Dead Dead Demon's, Inio Asano, Kana, Manga,

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Dead Dead Demon's, Inio Asano, Kana, Manga,
Dessinateur : Inio Asano
Scénariste : Inio Asano
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Science-Fiction, Tranche de Vie
Public : Averti
Site officiel : Kana
Prix : 5,95€
Sortie : 7 octobre 2016
Statut de la série : En cours de publication

Trois années auparavant, un vaisseau spatial est apparu dans le ciel de Tokyo, provoquant un vent de panique au sein de la population. Etait-ce l'heure de la fin du monde ? Le temps a passé et rien de tragique ne s’est produit, chacun continuant sa petite vie, oubliant presque l’ombre planante de l’engin qui n’a pas bougé et n’a révélé aucun de ses habitants. Bien que certains évènements se soient produits, comme la disparition subite du père de Kadode ou la dépression envahissant le cœur de nombreux japonais qui se laissent glisser dans un état de peur panique permanente, nombreux sont celles et ceux qui poursuivent leur chemin tentant de faire comme si de rien n’était. C’est ce que font Kadode et Ôran, lycéennes inséparables. Elles oublient la menace en faisant les folles, en rêvant au premier amour, à la première expérience sexuelle se moquant des copines, des garçons, en jouant à des jeux video ou en lisant des mangas. Mais le vaisseau reste là, projetant son ombre sur leur vie et noircissant leur avenir, inexorablement…

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Dead Dead Demon's, Inio Asano, Kana, Manga,

Décrit comme une allégorie de la tragédie de Fukushima, Dead Dead Demon’s Dededede Destruction est, comme beaucoup d’œuvres d’Inio Asano, déstabilisant, onirique et sans partage. La capacité géniale de ce mangaka ne cesse de surprendre. Dans la vague d’œuvres graphiques qui reviennent sur le traumatisme, il faut bien tout le talent d’Asano sensei pour choisir de présenter un récit qui prend le contre-pied du réalisme poignant jusqu’alors maître de la thématique.

Fantôme omniprésent, le vaisseau qui a surgit dans le ciel nippon est aussi fulgurant et effrayant que le tsunami et les dégâts qu’il a infligés. Il reste là, ombre lancinante et menaçante, comme les conséquences innombrables que nous connaissons aujourd’hui par les médias et autres publications en tous genres. Risques de contamination radioactive à long terme, entraînant des maux et autres maladies insidieuses dont on sait le danger mais qu’on ne peut ni fuir ni combattre ; dépression massive de la population qui se sait en danger mais ne peut rien faire que subir et s’accrocher et espérer ; découragement face à l’avenir si assombri et incertain ; perte irrémédiable et bien trop précoce des jeunes de l’innocente espérance en la vie ; abandon de confiance dans toutes les images de l’autorité que ce soit les parents, les enseignants, les politiciens… suivant que l’on est un enfant ou un adulte.

Inio Asano reprend ces facteurs qu’il n’a pu que constater et les traduit dans les yeux et les gestes de ses deux héroïnes larguées. Adorables, un peu cinglées, elles ne se ressemblent pas beaucoup mais sont indissociables. Kadode a perdu son père du jour au lendemain, sans explications, sans corps à pleurer, sans aucune certitude, elle n’a que sa mère qui est rongée par la peur et voudrait que sa fille soit comme elle, sur-prudente au point de rester cloîtrée la maison. Mais, si elle a renoncé à faire de longues études ou à s’engager dans quoi que ce soit de sérieux pour l’avenir, Kadode a ses amies, s’oublie avec elles, à travers ses loisirs ou en fantasmant sur un de ses professeurs auquel elle parle sans respect, comme s’il était un frère que l’on n’écoute pas. Ôran quant à elle, est une gentille cinglée, moqueuse, rêveuse, qui rêve de casser la gueule du monde entier pour sa faiblesse et sa lâcheté, qui soutient Kadode mais cache derrière une fausse gaieté puérile le souci (ou la curiosité) qui la hante, garde un œil sur le vaisseau, cherchant à comprendre par ses maigres moyens et la rage sourde qui l’habite.

Fofolles attachantes, ces deux héroines sont les copines que l’on aimerait avoir, avec lesquelles on voudrait passer du temps, exactes reflet du délicat équilibre adolescent du balancement entre éveil d’une extrême conscience du monde et refus de grandir, d’entrer dans le monde si rude des adultes. Le temps passe entre sourires et inquiétudes, espoirs et résignation, mais l’envahisseur sournois semble prêt à passer à l’attaque dans les dernières pages de ce tome 1… Quel sera son visage ? A suivre !

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Dead Dead Demon's, Inio Asano, Kana, Manga,

Est-il vraiment nécessaire de rappeler que le graphisme de Asano-sensei est unique, détaillé au possible, si soigné qu’on le reconnaît au premier coup d’œil sans parler de son chara-design qui, bien que variant sans mal d’une série à l’autre, est également identifiable entre tous. Tout est visible, depuis le bazar sans nom qui empli la chambre de Kadode avec ses étagères pleines de mangas, ses fringues au sol, ses deux écrans, les fils électriques de son ordi mêlés à ceux de sa console, ses draps en bouchons… jusqu’à la moindre aspérité métallique du vaisseau spatial qui règne dans le ciel urbain, couvrant de son ombre trop paisible les rues qui mènent au lycée, entre les immeubles dociles… Comme toujours avec le style d’Inio Asano, ce qui surprend et sublime la lecture est cette faculté de fondre les personnages dans leur environnement, en une image presque cinématographique.

Fidèle à son habitude, Inio Asano surprend une fois encore le monde du manga par une œuvre qui traite d’un sujet d’actualité déjà passé au crible par de nombreux confrères, mais parvient encore à transmettre un message fort, honnête et universel. Car, la peur qui poursuit Kadode et Ôran comme la société japonaise depuis le 11 mars 2011 est devenue nôtre.

Points forts : 
  • Sujet d’actualité traité avec la patte Inio Asano : onirisme mais sincère vérité 
  • Allégorie aisée à comprendre 
  • Mise en situation rapide et efficace 
  • Personnages réalistes et attachants 
  • Caractères et psychologie de chaque protagoniste bien construit 
  • Narration agréable à suivre 
  • Humour + 
  • Style graphique sans égal, typique du mangaka 
  • Chara-design bien défini 
  • Expressions faciales révélatrices 
  • Superbe qualité dans le traitement des arrières plans et décors 
  • Équilibre parfait personnages/environnements 
  • Mise en scène + + + 
  • Édition française sans défaut 
  • Prix anniversaire Kana 

Points faibles :
  • Néant 


Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017