vendredi 6 janvier 2017

Notre critique du tome 18 de « I am a Hero »

Big Kana, Critique Manga, I am a Hero, Kana, Kengo Hanazawa, Manga, Seinen,

Big Kana, Critique Manga, I am a Hero, Kana, Kengo Hanazawa, Manga, Seinen,
Dessinateur : Kengo Hanazawa
Scénariste : Kengo Hanazawa
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Post-Apocalyptique, Baston, Morts-Vivants
Public : Averti
Site officiel : Kana
Prix : 7,45€
Sortie : 2 décembre 2016
Statut de la série : En cours de publication

Abandonnant le corps d’Oda et leurs regrets de n’avoir pu la secourir, Hideo et Hiromi terminent le trajet et atteignent Tokyo sans trop savoir ce qu’ils vont y trouver. A deux sur un seul vélo, ils entrent dans la périphérie de la ville, par l’autoroute déserte. Bien des questions s’imposent à eux. Que vont-ils faire dans cette mégapole sans doute pleine à craquer de ZQN ? Hiromi souhaite tenter de retrouver sa mère mais Hideo sait quant à lui que personne ne l’y attend. Ils profitent d’une supérette n’ayant subi aucun pillage pour se reposer et surtout faire le plein de provisions. Et tombent d’accord face au rayon des préservatifs. Pourquoi pas après tout ? Ils sont comme seuls au monde et prennent soin l’un de l’autre depuis des semaines. Que leur reste-t-il à part l’affection qu’ils se portent mutuellement à présent ? Et puis Hiromi est décidée : elle se fiche qu’Hideo ne soit pas l’homme fantasmé, qu’il soit plus vieux qu’elle, c’est lui qu’elle veut aujourd’hui et maintenant. Car qui peut dire ce que demain leur apportera ?

Avec la disparition d’Oda, il fallait bien que ça arrive depuis le temps que Kengo Hanazawa laissait mûrir leurs sentiments, Hiromi et Hideo se donnent enfin l’un à l’autre.

Pour autant, ils ne se jettent pas l’un sur l’autre et il faut tout ce tome 18 (ou presque) pour que les deux tourtereaux que rien ne prédestinait l’un à l’autre en arrivent au point culminant de leur union charnelle. Ils se parlent comme ils ne l’avaient plus fait depuis leur rencontre avec Oda, partagent des souvenirs apparemment sans importance ou bien tristes, avant de livrer un peu plus, surtout Hiromi, pour vaincre sa confusion et sa gêne avant de se donner à un homme qui n’est plus un garçon mais auquel elle fait confiance car, sous sa timidité et son côté de mec à côté de la plaque, Hideo est foncièrement gentil et protecteur. Il ne sait même pas mentir ! Lorsque le moment arrive, l’opposition entre ce qui nourrit le désir d’Hideo et l’embarras d’Hiromi finit de les unir aussi bien que l’appel des corps. Et pendant cette parenthèse de plaisir et d’intimité, l’ombre plane toujours alentours, sous la forme d’un agglomérat difforme de ZQN qui semble ne pas les remarquer.

Même si le mangaka y met toutes les formes et force détails, cet épisode n’est pas sans intérêt dans l’histoire. Le dialogue insiste sur l’engagement mutuel des deux héros. Hiromi est vierge, plus jeune mais l’accepte tel qu’il est et pas seulement parce qu’il pourrait être le dernier homme sur terre. Hideo prend conscience de ce qu’elle lui offre à tel point qu’il se fiche du risque de se mêler au corps d’une contaminée. Ils savourent un court moment de désir et de plaisir, et, du fait peut-être de la contamination d’Hiromi, partagent soudain les images de leurs souvenirs, ce qu’ils ont vu, vécu et traversé depuis que le cauchemar a commencé. Mais surtout, les dernières pages exposent que tous deux trouvent dans leur relation une nouvelle raison de survivre, l’un pour l’autre et au diable les questions sans réponse quant à ce qui est arrivé à ce monde ou ce qui arrivera, pourvu qu’ils restent ensemble. Ils sont plus forts à deux, parce qu’ils tiennent véritablement l’un à l’autre. Poursuivis par une horde de ZQN, ils parviennent à un abri plutôt étonnant qui pourrait ne pas en être un…

Inutile de revenir sur la qualité réaliste du graphisme de Kengo Hanazawa qui ne néglige ni les décors, ni les détails, exploite au maximum les expressions de ses personnages et leurs réactions tant physiques que psychologiques dans une mise en scène digne du meilleur des story-board, passant du calme relatif de l’intimité à la course poursuite finale qui clôt ce volume. Du grand art tout simplement.

Point culminant de leur relation balbutiante, Hiromi et Hideo passent un cap et trouvent un second souffle pour continuer la lutte.

Points forts : 
  • Relation Hiromi-Hideo qui prend une tournure radicale et attendue par les lecteurs ! 
  • Réalisme dans la narration Kengo Hanazawa ne se contente pas du sexe, il y inclut les conséquences dans le cœur de chacun 
  • Évolution des personnages + + 
  • Développement du récit + + 
  • Mise en scène + + + 
  • Suspense/action
  • Graphisme de qualité toujours remarquable en tous points 
  • Réalisme dans le dessin 
  • Édition française réussie 

Points faibles : 
  • Néant 

Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Tonkam
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017