dimanche 29 janvier 2017

Notre critique du tome 2 de « No Guns Life »

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Kana, Manga, No Guns Life, Seinen,

Actu Manga, Big Kana, Critique Manga, Kana, Manga, No Guns Life, Seinen,
Dessinateur : Tasuku Karasuma
Scénariste : Tasuku Karasuma
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Suspense, Science-Fiction, Baston
Public : Averti
Site officiel : Kana
Prix : 7,45€
Sortie : 20 janvier 2017
Statut de la série : En cours de publication

Après avoir fait usage de son revolver en pleine ville pour sauver le jeune Tetsurô, Juzô devient la cible de l’EMS, agence pour la reconstruction, qui fait appliquer la loi Extend interdisant d’utilisation d’extensions meurtrières. Il est donc arrêté devant ses amis qui s’empressent de se montrer mécontents et que l’on embarque alors avec lui. Ce qu’ils ignorent, c’est que Juzô a un accord secret avec l’EMS et spécifiquement avec une de ses gradés : Olivia. Pour toute infraction à la loi Extend, Juzô doit accomplir une mission que lui confie l’agence. Pendant que ses amis sont installés en milieu confiné mais protégé, Juzô prend connaissance de ce que l’on attend de lui : un des premiers extend créés et emprisonnés pour disfonctionnement grave s’est évadé. Il a déjà tué trois personnes en lien avec son passé. Juzô doit le retrouver et le capturer pour le livrer vivant. Mais la tâche ne sera pas facile d’autant que cette cible le renvoie à son propre passé…

On avait raison de penser, à la lecture des dernières pages du tome 1, que Juzô risquait d’attirer l’attention de bien d’autres ennemis que les tortionnaires de Tetsurô : son coup d’éclat a tout de même fendu un immeuble en deux !

Ni une ni deux, Tasuku Karasuma laisse à peine le temps de souffler à son héros et l’envoie de nouveau en première ligne, pour une mission digne d’un vrai détective avec inspection de cadavres, de lieux des crimes etc assortis de la compagnie ultra sexy d’un commanditaire très officiel et de son sous-fifre détestablement anti-extends. Ce n’est pas une fine équipe mais plutôt trois personnes qui se retrouvent à coopérer bon gré mal gré pour une juste cause.

L’enquête est intéressante, de même que la confrontation mi-saignante, mi-sexy et mi-comique entre Juzô et ses deux nouveaux acolytes. Certes, on regrette dans un premier temps que la nature problématique, mais source de multiples développements à venir, du jeune Tetsurô soit mise en stand-by mais, alors que l’enquête de Juzô avance, on note un intérêt certain qui ne se résume pas à l’action et à la baston. L’existence même de la cible de notre héros fait le lien avec un passé encore secret, celui de la naissance des extends, de cette guerre passée qui a rendue nécessaire leur création et du comment Juzô est devenu ce qu’il est : un homme à tête de revolver et aux extensions multiples dans tout le corps. Où est l’homme derrière la machine ? De même, les propos d’Olivia, la sexy flic à la tête bien faite, laisse penser qu’une part de la population sait combien l’action de Berühren est liée à une atmosphère de complot qui va grandissante et on comprend que l’agence en question tire de nombreuses ficelles, peut-être jusque dans les plus hautes sphères de l'Etat. Voilà qui annonce une suite palpitante pour le duo Juzô-Testurô !

Action, réflexion et humour ne sont rien sans le trait qui soutient la narration au millimètre. Très seinen mais décidé dans son traitement de personnages mêlant chairs et mécanique, le tour de force de Tasuku Karasuma réside dans l’équilibre esthétique qui souligne le charisme de son héros, le temps forts de son récit, l’action comme les échanges verbaux plein d’informations savoureuses. Sans oublier qu’il est étonnant de voir combien les émotions passent bien en dépit de la tête de revolver qui ne laisse passer par conséquent aucune émotion. Le chara-design des autres protagonistes est bien pensé, ajoute une note sexy ou sévère selon le personnage et insiste sur l’aspect omniprésent de la technologie extend dans l’univers de la série. La mise en scène suit la narration case à case et participe de l’agréable expérience de lecture.

Action, baston et échanges de points de vue sur la nature légale des hommes mécaniques rejetés par une société qui pense ne plus en avoir besoin sont au cœur de ce 2e tome palpitant qui ajoute de nouvelles pistes à suivre pour le lecteur !

Points forts : 
  • Développement du récit SF + + 
  • Évolution vers une découverte progressive du passé de Juzô 
  • Un héros charismatique 
  • Nouveaux personnages intéressants qui apportent quelque chose à l’histoire 
  • Personnages et contexte bien construits 
  • Enquête + + 
  • Humour + +
  • Action + + + 
  • Baston + + 
  • Rythme + + + 
  • Mise en scène + + + 
  • Graphisme adapté au récit 
  • Chara-design original 
  • Édition française réussie

Points faibles : 
  • Néant 

Verdict : Un Excellent Tome !!! 


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017