vendredi 20 janvier 2017

Notre critique du tome 6 de « Devil’s Line »

Big Kana, Critique Manga, Devil's Line, Kana, Manga, Seinen,

Big Kana, Critique Manga, Devil's Line, Kana, Manga, Seinen,
Dessinateur : Ryo Hanada
Scénariste : Ryo Hanada
Éditeur : Kana
Collection : Big Kana
Genre : Enquête
Public : Averti
Site officiel : Kana
Prix : 7,45€
Sortie : 18 novembre 2016
Statut de la série : En cours de publication

A présent que la lumière est faite sur les réelles intentions de Kikuhara, l’équipe F à laquelle appartient Anzai décide d’opérer en secret pour démasquer les taupes de la police avec l’aide des anciens équipiers de Kikuhara. Tout juste rescapés de l’exécution ordonnée par leur ancien chef, Nanako et Kenichi, respectivement 07 et 09, se voient donc proposer un marché mais Nanako hésite encore. Elle garde de forts sentiments pour Kikuhara… Face à ses hésitations, Ishimaru, nouveau commandant de l’équipe F, opte pour des mesures radicales : cacher Tsukasa dans un lieu qui leur servira de base. Il en profite pour tester la force d’Anzai avec une brutalité inattendue qui déplait fortement à l’équipe. A l’évidence, Ishimaru en connaît plus qu’il ne veut le laisser penser que les vampires et cela inquiète Anzai qui peine à lui faire confiance. Mais d’autres soucis s’emmêlent : son amour pour Tsukasa grandit et il craint encore de se laisser aller à la transformation si son désir l’emporte. Sans oublier que certains souvenirs jusqu’alors enfouis remontent en surface, ceux de sa rencontre avec Kikuhara il y a des années de cela, alors qu’il était dans le même centre que Hans… et un nom va ressurgir, un nom qu’il avait oublié, le nom d’un vampire tueur en série.

Ce 6e tome offre peu de rebondissements mais nous apprend beaucoup de choses sur les personnages devenus phares au fil des précédents chapitres. Certes, une bonne part est consacrée à Nanako et au mystère que représente Kikuhara mais le gros plan scénaristique axé sur la rencontre de ces deux-là permet de mieux cerner l’un des propos de ce récit à savoir la complexe adéquation pour les vampires de concilier leur nature avec leur vie au contact des humains quand ceux-ci sont objet de leur affection. On comprend aussi combien Kikuhara est calculateur, qu’il sait utiliser chaque point faible pour s’allier des gens prêts à tout pour suivre son plan, parce que leur rejet voire leur haine des vampires a fait d’eux les parfaits petits soldats au service de sa cause. Quelle est exactement cette cause ? Nous ne le saurons pas encore mais on devine qu’elle est plus complexe qu’une simple chasse au vampire.

Tout aussi important, l’atmosphère de complot grandit encore. D’un côté nous avons le nouveau venu au poste de chef de l’équipe F mais qui est franchement suspect… et plus encore qu’on le croit au fil des pages et les réminiscences répétées d’Anzai qui va bientôt (ré)apprendre qui était son père… on pressent que le lien entre Anzai et Kikuhara va nous entraîner dans une tragédie de sang à la fois passée et présente et que la trop tendre et gentille Tuskasa sera en plein milieu !

Le dessin gagne en qualité avec les tomes, le trait est plus précis, plus soigné surtout dans le traitement du chara-design ce qui ajoute à l’illustration des émotions de chaque personnage. Bien que certains protagonistes se ressemblent un peu trop, on ne peine pas à les différencier tant leur caractère diffère (Kikuhara et Hiwasaki surtout). Les décors sont peu présents mais ces simples petites touches suffisent à situer les scènes et à installer les atmosphères nécessaires au déroulement des évènements. Comme tout bon seinen, l’encrage puissant dans certains passages laisse flotter le suspense et l’ambiance fantastique à un haut niveau, de même que l’action comme les instants de réflexion et d’échanges s’emboitent dans une mise en scène habile.

Plus intelligent que bien des récits de vampires parce qu’il ne se limite pas aux problèmes de cœur mais amplifie la nature même du démon et le confronte à ses instincts et à ceux de la société toute entière et non pas uniquement à un groupe d’individus, Devil’s Line avance progressivement vers un développement qui s’assombri de tous côtés. L’amour qui unit Anzai et Tsukasa sera le garde-fou d’une folie qui pourrait bien dévorer ce héros trop faible pour survivre seul. Vivement la suite !

Points forts : 
  • Évolution du récit + + 
  • Révélations sur plusieurs personnages, leur passé 
  • Anzai commence à changer, prometteur 
  • Nouveaux personnages très intéressants… plusieurs facettes ! 
  • Suspense + + 
  • Chara-design mieux maîtrisé 
  • Dessin amélioré 
  • Mise en scène + + 
  • Édition française sans défaut 

Points faibles : 
  • Tsukasa est un peu effacée dans ce tome alors que son rôle sera sans doute déterminant… 


Verdict : Un Très Bon Tome !!!


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Tonkam
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017