dimanche 26 mars 2017

Notre critique du tome 1 de « A Nos Amours »

collection Made In, Critique Manga, Culture Japonaise, Japon, Kana, Manga, Seinen,

collection Made In, Critique Manga, Culture Japonaise, Japon, Kana, Manga, Seinen,
Dessinateur : Jean-Paul Nishi
Scénariste : Jean-Paul Nishi
Éditeur : Kana
Collection : Made In
Genre : Tranche de vie
Public : Tout public
Site officiel : Kana
Sortie : 17 mars 2017
Prix : 12€
Statut de la série : Terminée en 2 tomes

Après une expérience ratée de séjour à Paris alors qu’il était étudiant et pensait percer dans le monde de la BD ou de l’illustration, Jean-Paul Nishi est rentré au Japon. Poursuivant son rêve, il est parvenu à devenir mangaka et à vivre de son travail. Mais voilà… la trentaine bien avancée était là et il était encore célibataire ! A qui la faute ? A sa timidité maladive envers les filles qui n’a cessé de le poursuivre depuis le collège et que sa confrontation parfois violente avec les mœurs françaises n’a rien arrangé ? Mystère. Mais quand il a rencontré une française vivant à Tokyo, tout a changé. Car Karen est bien une française de son temps : entreprenante, c’est elle qui l’a séduit et amené à faire abstraction de ses pudeurs toutes nippones. Une fois mariés, la vie commune leur a donc réservé de nombreuses occasions de confronter leurs petites différences culturelles et cela ne s’est pas arrangé avec la naissance de leur fils. De quoi pimenter le quotidien !

Rappelez-vous, dans ses précédents titres publiés par Picquier éditions (A nous deux, Paris ; Paris, le Retour et Paris Toujours !), Jean-Paul Nishi, le plus français des mangakas, déclarait son amour à la France, nous contant par le menu toutes ses mésaventures dans notre belle capitale et le choc culturel permanent. Avec A Nos Amours, le voici qui partage l’angoisse de son célibat tardif, le récit de sa rencontre avec sa future épouse, de leurs premiers mois de vie commune et de leur plus grande aventure : celle de parents.

Toujours armé d’un humour subtile, attendrissant et efficace, Jean-Paul Nishi nous invite dans ses réflexions face à tout ce qui lui semble nouveau, étrangement contradictoire par rapport à son éducation et son héritage culturel, ne cessant pas de nous rappeler qu’au-delà de tout cela, nous sommes tous semblables. Pour pimenter son récit, J-P Nishi nous conte comment, adolescent, il en est venu à avoir peur des filles, à les considérer comme une espèce étrange et inapprochable, et combien ses efforts pour se guérir grâce aux différentes façons de se comporter avec elles, sur les conseils de ses amis français ne lui ont guère apporté de succès. Heureusement, Karen est entrée dans sa vie et combattu son célibat entêtant, l’invitant chez elle, lui faisant comprendre sans trop de manières qu’elle était séduite. Et ce ne sont pas ses habitudes très françaises de lui dire combien elle l’aime et le trouve beau même au saut du lit, pas rasé et pas lavé, qui l’ont inquiété bien que lui occasionnant quelques questions sur cette femme venue du pays de l’amour qui, évidemment, logiquement, ne peut s’empêcher de lui confirmer son amour à grand renfort de mots doux, ce que les japonais ne font jamais ou presque, pudeur culturelle oblige… Le mariage, la manie française de faire la bise, la manie française de s’embrasser dans un couple, l’arrivée du bébé sont autant de nouvelles opportunités de nous amuser : changement étonnant de look pour Karen qui, même pour son homme n’avait pas voulu porter autre chose que du noir avant que bébé ne lui fasse penser que la couleur serait bienvenue dans sa garde-robe, l’émerveillement démonstratif des gens d’outre-mer pour les tous petits, le challenge quotidien du nouveau père, la confrontation quasi-permanente avec les habitudes françaises et nippones, l’apprentissage des deux langues pour bébé (petit chapitre sur les onomatopées japonaises hilarant), et bien d’autres encore !

Le dessin de J-P Nishi n’a jamais été esthétique mais adapté à son style narratif, ancré dans un genre proche de la caricature (de lui-même le plus souvent) qui favorise le ton comique de ses petites histoires. Adapté ainsi à sa narration, son trait se concentre volontiers à la mise en scène énergique propre à tout récit humoristique réussi. L’alchimie prend car, au final, ce n’est pas ce qui retient l’attention du lecteur mais bien le combo narration-mise en scène.

Toujours aussi malicieux, Jean-Paul Nishi sait partager ses expériences les plus intimes avec un humour merveilleux et un réalisme qui fait que l'on a l'impression de le connaître. Une absolue réussite !

Points forts :
  • Pédagogique par le point du vue d’un japonais sur les habitudes culturelles françaises et vice versa
  • Récit 200% comique et autobiographique
  • Suite d’histoires réelles qui accroche immédiatement
  • Mise en image et récit du choc culturel dans la vie de couple avec tendresse et honnêteté
  • Personnages évidemment attachants
  • Réalisme + + +
  • Humour + + + +
  • Identification par impression de vécu partagé
  • Dessin 100% adapté au récit et au ton comique
  • Mise en scène énergique + + +
  • Édition française réussie

Points faibles : 
  • Néant 

Verdict : Un Excellent Tome !!! 

0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Tonkam
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017