dimanche 26 mars 2017

Notre critique du tome 1 de « Boruto - Naruto Next Generation »

Boruto, Boruto - Naruto Next Generations, Critique Manga, Kana, Manga, Naruto, Shonen,

Boruto, Boruto - Naruto Next Generations, Critique Manga, Kana, Manga, Naruto, Shonen,
Dessinateur : Mikio Ikemoto
Scénariste : Ukyô Kodachi
Éditeur : Kana
Collection : Shonen
Genre : Baston
Public : Tout public
Site officiel : Kana
Sortie : 3 mars 2017
Prix : 5,45€
Statut de la série : En cours de publication

Depuis la fin de la grande guerre qui a vu naître l’union de tous les pays ninjas, la paix est durablement revenue. A Konoha, Naruto, devenu père de famille et 7e Hokage, travaille dur, tant et si bien que son aîné, Boruto, lui en veut de ses absences répétées. Même l’anniversaire de sa petite sœur ne semble pas assez importante aux yeux de son père pour qu’il abandonne son bureau. Au lieu de ça, il leur envoie… un clone ! Boruto n’aime pas non plus être le fils du si célèbre Hokage le 7e. Il décide donc de solliciter Sasuke Uchiwa, meilleur ami et ancien rival de son père, pour être son maître. Son entêtement paie et Sasuke l’accepte comme disciple. Mais les épreuves de qualification des ninjas de classe moyenne approchent et Boruto n’est guère satisfait de ses maigres progrès. Il accepte alors très vite et très naïvement d’utiliser une invention que lui offre le service scientifique… Mais ce « jouet » permettant d’obtenir de fabuleux résultats dans réel effort, bien que destiné à faciliter l’émergence des ninjas nouvelle génération, pourrait bien cacher un danger grandissant, auquel s’ajoute un mystérieux duo semblant traquer les anciens bijûs…

On prend les mêmes et on recommence ? C’est ce qui apparaît dès les premières pages de cette suite des aventures du ninja orange le plus célèbre de la planète. Le grand héros et ses amis sont en paix, un rien vieillis, parents, calmes et patients même dans leur tâche quotidienne de Hokage, espion, médecin ou professeur. On a ainsi la furieuse impression de retrouver les premiers tomes de Naruto dans lesquels seul le combat pour apprendre et devenir un bon ninja comptait pour le héros.

Ambiance de l’enfance oblige puisque les nouveaux personnages phares sont les enfants des grands qui ont tant fait rêver les lecteurs, exit les dangers de mort omniprésents, les entraînements à la limite de l’épuisement, le triste et compromettant statut de réceptacle, ce premier tome présente le nouvel ordre du monde ninja. Naruto devenu 7e Hokage travaille aussi dur qu’auparavant, plus soucieux de sa tâche que de sa famille, pensant (à tort peut-être) que sa femme et le temps feront leur œuvre dans le bon sens. Sasuke, devenu maître espion, reprend tout autant du service, a lui-même convolé avec Sakura et eu une fille bien plus lumineuse que lui, mais tout aussi entêtée et déterminée. D’autres tels Shikamaru et l’irremplaçable Orochimaru sont au rendez-vous. On est donc en terrain familier, peut-être trop, et cette entrée en matière dans une nouvelle histoire n’a rien de follement original.

Envieux, furieux, agacé, jaloux de son paternel qui, à ses yeux, néglige sa famille parce que trop à l’aise dans son glorieux manteau d’Hokage, Boruto pourrait tourner mal par la suite et c’est là le seul vrai intérêt du personnage. Capricieux et trop sûr de lui, on est heureux qu’il puisse être remis à sa place par un Sasuke aux aguets des erreurs de jugement de cet enfant pour son père. Peut-être Sasuke s’acquittera t-il de sa dette envers son ami en empêchant Boruto de sombrer du mauvais côté de la force… Car deux dangers se profilent, mis en avant dans les premières planches présentant un Boruto plus âgé. Profitant de son impatience à devenir plus fort, un ambitieux inventeur offre au garçon un appareil bien pratique qui lui confère plus de force et de maîtrise qu’il ne pourrait en espérer à son âge et surtout avec le peu de temps qu’il consacre à l’entraînement. On devine que, sans le chakra fantastique de son paternel, le gamin va devoir travailler bien plus pour atteindre ce père qu’il souhaiterait défier. La facilité n’est pas la meilleure amie des élèves et Boruto pourrait bien l’apprendre à ses dépens. Enfin, il est clair que son envie de dépasser son père prend sa source dans une admiration qu’il n’est pas prêt d’avouer tant il lui garde grief de son apparente négligence à son égard. D’autre part, Sasuke rapporte à Naruto un rouleau mystérieux obtenu après un combat plutôt éclair mais musclé avec deux individus qui savent se battre et que l’on est certains de revoir rapidement de par leur intérêt farouche pour les démons à queue.

En bon assistant qui a tout appris du créateur de l’univers Naruto, Mikio Ikemoto ne fait pas défaut au style de Kishimoto. Il saute aux yeux que cet ex-assistant a bien souvent travaillé sur les planches du maître et le chara-design rappelle certains dessins de personnages secondaires de la série principale. Cette familiarité du scénario se retrouve donc partout, les personnages principaux rappelant bien évidemment leurs géniteurs qui ont un peu changé de look, le temps faisant même d’étranges transformations… L’allure de Sakura que l’on voit heureusement peu et la coupe de cheveux assez improbable de Sasuke montrent un vrai désir de s’approprier le monde créé par Kishimoto dans cette suite dont il est l’inspirateur et le superviseur mais qui, dans les faits, est le fruit du travail d’autres artistes. L’apparence du trio vedette, équipe ninja incluant Boruto, Sarada fille de Sasuke et Mitsuki, « fils » d’Orochimaru insiste sur leur filiation et renforce l’impression de déjà vu. Et ne parlons pas de tous les autres camarades de leur âge, parfois copies conformes de leur papa… Mise en scène, décors, costumes, tout est fait pour proposer une suite au plus près de l’original, bien que le dynamisme ne soit pas aussi fluide lors des scènes d’action.

Cette suite centrée sur les aventures d’une nouvelle génération de ninjas semble, pour le moment, essentiellement dédiée à un lectorat que la fin de Naruto aurait pu laisser avides de poursuivre leur immersion aux côtés de leur héros favori. La recette des premiers tomes de la série originale est reprise avec fidélité et adaptée à de nouveaux personnages qui devront prouver qu’ils sont dignes de leurs prédécesseurs.

Points forts :
  • Retour dans le monde de Naruto avec tous les éléments qui plaisent aux lecteurs de la série
  • Récit qui commence avec logique et quelques points à développer même s’ils sont classiques
  • Maturité gagnée des héros d’avant, Naruto et Sasuke sont bien devenus des adultes !
  • Trio vedette sympathique
  • Mise en avant d’une problématique : après la fin des hostilités, quel avenir pour les ninjas ?
  • Humour + +
  • Dessin fidèle à l’art de Kishimoto
  • Chara-design bien vu, on sait vite qui est qui…
  • Arrières plans et décors bien travaillés
  • Édition française sans défaut

Points faibles : 
  • Manque de fluidité dans les scènes d’action 
  • Peu accrocheur, le scénario met pour le moment l’accent sur le fan service du fidèle lectorat de Naruto 
  • Il en faudra plus pour éviter le piège de la suite faite de répétition sans saveur 

Verdict : Un Bon Tome !!!

0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Tonkam
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017