dimanche 16 avril 2017

Notre critique du tome 2 de « Overlord »

Critique Manga, Manga, Ototo, Overlord, Seinen,

Critique Manga, Manga, Ototo, Overlord, Seinen,
Dessinateur : Hugin Mayama
Chara-design : So-Bin
Scénariste : Satoshi Oshio
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Science-Fiction
Public : Averti
Site officiel : Non
Sortie : 3 mars 2017
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Après sa victoire sur les envoyés de la théocratie de Slane, Momonga alias Ainz Oal Gown décide de passer à l’étape suivante de sa nouvelle vie dans un nouveau monde encore inconnu : gagner en niveau pour élargir ses connaissances, se faire des alliés et essayer de retrouver ses anciens compagnons peut-être eux aussi envoyés dans cet autre monde lors de la disparition d’Yggdrasil. Il cache cependant ses véritables apparence et puissance, et n’entraîne avec lui qu’un seul serviteur, le plus discret mais non pas le plus faible, la pléiade Narberal Gamma. Sous le nom de Momon, il commence donc par faire équipe avec des aventuriers requérant son aide pour abattre un boss renommé mais Momonga a déjà attiré l’attention d’un mage réputé génie qui se mêle de leur quête…

Ce second tome commence aussi calmement que le premier, axé d’abord sur la comédie et les réflexions tactiques du héros avant d'accélérer en mode baston et ennemis très dark !

Tandis que sa très fidèle, sexy et ultra protectrice amoureuse Albedo veille sur le domaine du tombeau de Nazarick, fantasmant sur son maître adoré et se disputant ses faveurs avec sa rivale Shaltear Bloodfallen, Momonga s’aventure dans le vaste monde qui le retient désormais. Il a décidé d’y vivre, d’y forger sa renommée et commence donc par les bases : suivre les règles. Même s’il n’a pas besoin de gagner en force, son parcours de nouvel arrivant l’oblige à suivre le même chemin que ceux qui débarquent. Il se déguise donc et force sa seule compagne de voyage à jouer le jeu. Les confusions et autres stratagèmes employés par le duo pour trouver leurs marques et les bonnes missions sans être découverts sont source d’un très bon humour.

L’entrée en scène d’un petit groupe d’aventuriers sympathiques associé à Nifrea Bareare, le surnommé petit génie de la magie, apporte un souffle intéressant à cette suite, d’autant qu’un mystère entoure Nifrea Bareare. De même, les méchants du moment, menés par le groupe Zurrernorn et son sbire sadique, Clémentine, engendre un suspense gagnant qui retombe un peu lorsque le boss recherché par le groupe de héros fait son apparition… Sa forme et sa nature sont un peu surprenantes. On hésite entre sourire et se laisser porter par le combat qui n’en demeure pas moins musclé et dont le final vient grossir les rangs du groupe des gentils menés par Momonga. Heureusement, les dernières pages apportent la promesse d’un affrontement très sombre qui, sans être un tournant dans le récit, serait un bon passage digne de l’ambiance posée par la personnalité de Momonga.

Entre comédie, baston énergique et arrivée de nouveaux personnages, le scénario déploie lentement mais clairement les règles du monde de Overlord, impose un univers qui se construit bel et bien autour d’un héros atypique, séduisant et franchement charismatique.

L’esthétique mise en place dès le premier tome ne perd rien de sa qualité et gagne même en fluidité dans sa mise en page. Energique et dynamique, l’enfilade de cases sert la narration, s’adaptant au ton de chaque chapitre, entre dialogues calmes, pensées, échanges, rencontres, baston et préparation de mauvais coups bien sanglants.

Le chara-design des nouveaux venus n’a rien d’original mais use des codes du récit en contexte JV RPG. L’ultra sexy Clémentine n’a rien à envier la pulpeuse Albedo sans que cela soit excessif. Les expressions accompagnent idéalement le récit, le sadisme de Clémentine rivalise avec la férocité de Momonga en plein combat et le visage trop calme de Nifrea soutient le mystère entourant le personnage. Surprise bonus ou pas, le design du boss dont on évitera de trop parler pour vous épargner le spoiler fait son petit effet de même que les créatures qui surgissent ça et là durant le voyage.
 
Côté arrières plans et décors, les nombreux gros plans sur les personnages ne leur laisse que peu d’espace mais l’ensemble est assez présent et plante l’ambiance dark fantasy.

Cette suite garde intact le charme qui a opéré dès le premier tome, mieux encore, les incertitudes autour du personnage principal s’effacent pour laisser place à sa détermination et sa soif d’aventures… communicative !

Points forts : 
  • Suite dynamique à 100% 
  • Évolution du héros qui fonctionne 
  • Humour + + + 
  • Personnages secondaires sympathiques et efficaces 
  • Suspense + + 
  • Baston + + 
  • Équilibre comédie-baston-dark fantasy RPG 
  • Graphisme au service du récit 
  • Mise en scène et en cases dynamique 
  • Édition française réussie 

Points faibles : 
  • Le boss recherché pour la première quête est… désarçonnant 

Verdict : Un Très Bon Tome !!! 

0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Tonkam
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017