lundi 5 juin 2017

Notre critique du tome 1 de « Kiss Me Host Club »

Kiss Me Host Club, Manga, Critique Manga, Soleil Manga, Nachi Yuki,

Kiss Me Host Club, Manga, Critique Manga, Soleil Manga, Nachi Yuki,
Scénario : Nachi Yuki
Dessin : Nachi Yuki
Éditeur : Soleil Manga
Collection : Shojô
Genre : Comédie romantique
Public : Tout public
Prix : 6,99€
Contenu : 192 pages
Sortie : 10 mai 2017
Statut de la série : Terminée en 3 tomes

Mako Anzai, 15 ans, quitte sa campagne natale pour s’installer avec sa famille à Tokyo. Qui dit nouvelle ville, dit nouvelle vie : la jeune fille est fraîchement inscrite dans un lycée de la capitale. L’établissement, jusqu’à peu réservé aux filles, possède cependant une particularité : le taux d’inscriptions étant en berne, le proviseur a décidé d’instaurer une classe d’hôtes, composée uniquement de charmants jeunes garçons, les seuls à pouvoir fréquenter l’établissement. Bien que cette spécificité semble réjouir les autres collégiennes, elle est loin de ravir Mako. Malheureusement pour cette dernière, elle commet un impair dès son premier jour, et la sanction tombe : Mako sera désormais la ‘bonniche’ du club d’hôte.  Mais la jeune fille a vraiment du mal à supporter le concept, qui véhicule selon elle une notion de l’amour complètement factice. Le beau Go Narumi, numéro un du club, parviendra-t-il à la faire changer d’avis ?

Nachi Yuki, déjà connue chez Soleil Manga avec des titres tels que Come to Me ou encore I’m the Only Wolf, nous revient en ce printemps avec ce nouveau titre basé sur l’univers des hôtes. Cette fois, la série est centrée sur le personnage de Mako, jeune campagnarde fraîchement débarqué dans la capitale, qui se retrouve bien malgré elle entourée d’une bande de charmants garçons. Et c’est là que se situe tout le ressort de l’intrigue ; En effet, bien que toutes les jeunes filles de son collège rêvent de pouvoir passer autant de temps en leur compagnie, Mako ne fréquente le club d’hôtes que par obligation. Le bonheur que les garçons procurent aux filles semble à ses yeux hypocrite et complètement intéressé. En effet, une donnée importante rentre en jeu : toutes les filles de l’école possèdent un certain nombre de points, qu’elles peuvent dépenser avec leur hôte favori. À la fin du collège, l’hôte qui aura récolté le plus de points repartira avec la somme de 100.000 yens, de quoi clairement les encourager à faire des avances. Même si des règles strictes entourent leurs actions (notamment l'interdiction d’embrasser, sous peine de renvoi), Mako ne peut s’empêcher de penser que l’existence même de ce club soulève bien des problèmes.

Ce n’est pas la première fois qu’une héroïne de manga se retrouve propulsée contre sa volonté au sein d’un club d’hôtes. A l’évocation du contexte, on pense déjà au célèbre Ouran High School Host Club, ou encore à Parmi Eux, pour le côté ‘fille entourée de magnifique jeune hommes’. Le rejet de Mako est même un concept déjà maintes fois utilisé dans les séries. Certes, ses grimaces et ses réactions ont quelque chose d’assez peu commun, mais elles s’inscrivent dans une sorte de ‘désacralisation’ de l’héroïne parfaite et sans défaut, qui tend à séduire de plus en plus les mangakas ces dernières années. Parmi les titres phares usant de cette image d’anti-héroïne, on citera notamment ‘No longer Héroïne’ de Momoka Kôda mais également ‘Switch Girl’ de Natsumi Aida. Bien que Mako semble elle-même être une anti-héroïne à première vue, elle fait néanmoins preuve d’une certaine sensiblerie ainsi que d’une naïveté propre à l’héroïne typique shojô. Le dessin lui-même ne fait pas exception à la règle, puisqu’on retrouvera sans surprise des garçons aux traits extrêmement fins et assez féminisés, même pour les supposés plus ‘virils’ d’entre eux.

En définitive, comme dans tout bon club d’hôtes, c’est la variété de tempéraments présents qui aide à faire la différence. Certes, on retrouvera les oppositions typiques (le garçon cute, le bad boy, le dandy, etc.) mais l’ensemble reste cohérent. La série n’étant composée que de trois tomes, il ne faut pas s’attendre à un développement très approfondi de la personnalité de chacun, mais on a déjà l’assurance de passer un agréable moment en leur compagnie. Après tout, n’est-ce pas là l’objectif de tout bon club d’hôtes ?

Points forts :
  • Shojô plutôt typique, plaira aux amateurs du genre
  • Héroïne atypique sur certains aspects
  • Personnages variés
  • Idée d’une compétition, entretient le suspense

Points faibles :
  • Scénario déjà vu
  • La variété des personnages répond à des stéréotypes récurrents
  • Certains aspects de l’histoire sont plutôt prévisibles


Verdict : Un bon tome !!!


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017