lundi 17 juillet 2017

Notre critique du tome 1 de « The Grim Reaper »

Critique Manga, Dark Kana, Irono, Kana, Manga, Seinen, The Grim Reaper,

Critique Manga, Dark Kana, Irono, Kana, Manga, Seinen, The Grim Reaper,
Dessinateur : Irono
Scénariste : Irono
Éditeur : Kana
Collection : Dark Kana
Genre : Drame, Fantastique, Baston
Public : Tout public
Site officiel : Kana
Sortie : 7 juillet 2017
Prix : 5,95€
Statut de la série : Terminée en 6 tomes

Il y a deux cents ans, un frère et une sœur, fabuleux sorciers, se sont querellés. Lui rêvait de vaincre la mort elle-même et s’en donna les moyens en dévorant les âmes des humains apportées par ses monstres, les Larvas. Horrifiée, sa sœur, Lemuria, créa une armée de soldats munis d’épées en argent pouvant tuer les Larvas. La guerre fut terrible et Lemuria blessa son frère devenu seigneur de la mort qui disparu. Mais les Larvas parcourent encore le monde et le combat continue. Les descendants directs de Lemuria règnent et assurent par leur pouvoir héréditaire la protection du peuple. Aidée par l’armée de chevaliers d’argent, les Lemuria ne craignent qu’une invasion qui détruirait la barrière protectrice créée par leur ancêtre. Cyan, orphelin de deux chevaliers d’argent tués par des Larvas, est devenu chevalier non seulement en leur mémoire mais pour protéger son amie de toujours, la toute dernière héritière de Lemuria, Reinette. Doué, il pense qu’il sera toujours le bouclier de sa chère amie mais ce qui était redouté depuis deux siècles se produit : le seigneur de la mort parvient à s’infiltrer dans le palais et attaque Reinette. Grièvement blessé, Cyan croit mourir quand Lemuria lui apparaît et lui offre de resusciter en échange de son âme. Fou d’inquiétude pour Reinette, le jeune chevalier accepte et tombe dans un piège plus mortel encore…

Une lutte fratricide à mort qui traverse le temps, de la magie noire, le troc d’âmes avec un seigneur de la mort très perfide, une malédiction partagée par deux rebelles, un amour pur, The Grim Reaper associe bien des éléments intéressants.

Pour les fans de Dark Fantasy, ce n’est pas forcément éblouissant mais force est de reconnaître que la sauce prend bien. Si les premières ficelles sont un peu grosses (deux amis d’enfance qui grandissent l’un pour l’autre et sont prêts à tout l’un pour l’autre sans admettre qu’ils sont simplement des âmes sœurs), elles ne sont qu’une entrée en matière rapidement expédiée pour mettre en place deux des trois personnages majeurs. On saura peu de choses de Reinette qui est rapidement évincée de ce tome pour laisser la vedette à Cyan et à son nouveau compagnon d’infortune, Jade. Justicier noir, ce dernier sera le maître de Cyan, son guide dans une lutte qui change de visage mais pas de but. Vous l’aurez compris, Cyan va changer de camp malgré lui et rejoindre le côté obscur sans pour autant accepter son sort, décidé qu’il est à remplir la mission de sa vie : protéger sa Reinette adorée et, accessoirement, tous les autres.

L’analogie avec l’univers vampirique est évidente mais Irono s’est amusée à détourner l’évidence avec le côté mort-vivants se nourrissant d’âmes humaines (= Larvas). Le dilemme pour Cyan sera de ne pas succomber à l’appel du sang, heu, non, de l’âme, résolution pour laquelle Jade sera un bon allié. L’histoire de Jade est survolée mais on comprend qu’il est lui-aussi lié aux Lemuria et que son propre combat dure depuis des décennies. Le duo de l’étrange entame alors une lutte sans merci, une quête pour trouver le repère du seigneur de la mort et mettre fin à son règne de terreur de manière définitive. L’action est bien transcrite, entre magie et tranchant des lames, sans trop d’état d’âmes (mauvais jeu de mots…) du côté d’un Cyan au destin de plus en plus tragique.

La mise en scène et en cases présente un bon rythme, souligne les instants forts et dramatiques de cette lutte pour la sauvegarde des âmes et des vies fauchées de ses héros ou de ceux qu’ils rencontrent. Chaque étape marquante du récit est particulièrement soulignée par l’enchaînement des planches, offrant une lecture claire et accrocheuse au fil de la présentation de l’univers Grim Reaper. Le chara-design est un peu trop lisse pour de la Dark Fantasy mais le charisme de Jade et l’assurance de Cyan transparaissent nettement. En revanche, les arrières plans sont trop rares, remplacés par des effets tramés qui laissent les cases bien nues. Dommage…

Même si son caractère de Dark Fantasy n’est pas flagrant, ce premier tome de The Grim Reaper and an Argent Cavalier réussi le pari de poser un contexte fantastique propre et de présenter des personnages sympathiques pris au piège d’un combat fratricide qui perdure à travers le temps et défie la mort.

Points forts : 
  • Mélange et adaptation réussis de différentes sources de l’imaginaire fantastique 
  • On entre rapidement dans le contexte du récit 
  • Ensemble exposé clairement et en quelques pages 
  • Personnages sympathiques et bien conçus 
  • Liens forts entre protagonistes principaux 
  • Magie noire, morts-vivants, magie blanche, malédictions… que du bon ! 
  • Action + + 
  • Zest de comédie 
  • Dessin au service du récit 
  • Mise en scène dynamique et fluide 
  • Chara-design adapté au caractère de chacun 
  • Édition française soignée 

Points faibles : 
  • Fantasy certes, dark fantasy, ça reste à voir… 
  • Arrières plans trop nus pour créer ambiance parfaitement adaptée 

Verdict : Un très bon tome !!! 

 

0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017