mardi 29 août 2017

Notre critique de « Yakuza Kiwami »

Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo,

Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo, Éditeur : Sega
Développeur : Sega
Genre : Action-Aventure
Version Testée : PlayStation 4
Autres Supports : PlayStation 3
Langue : Voix en japonais, textes en anglais
Multijoueur : Non
Classification : + 18 ans
Sortie en France : 29 août 2017
Prix Moyen : 45€

Après la sortie en début d'année de la préquelle à la série, Yakuza Zero : The Place of Oath sur PlayStation 4, voici venu le moment de découvrir la version remastered du premier opus, initialement sorti en 2005 sur PlayStation 2 et renommé pour l'occasion, Yakuza Kiwami. Ne nécessitant pas d'avoir fait la préquelle avant d'y jouer, cela reste fortement recommandé, ne serait-ce que pour le plaisir de retrouver certains personnages presque 20 ans plus tard.

Crime et Châtiment


Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo, Un peu moins de 10 ans après les événements de Yakuza 0, nous sommes, par une pluvieuse nuit d'octobre 1995, de nouveau en compagnie de Kazuma Kiryu. Ce dernier est désormais un lieutenant de la famille Dojima, une branche du Clan Tojo. Suite à un tragique événement, le Dragon de Dojima va se retrouver en prison pour les dix prochaines années. Seul et répudié par son clan, il découvre, une décennie plus tard, à sa sortie de prison, une ville méconnaissable. Quand 10 milliards de yens disparaissent du coffre du clan Tojo, c'est le chaos qui s'installe et Kiryu s'aperçoit que tout désigne une mystérieuse jeune fille, Haruka. Ensemble, ils devront survivre pour trouver les réponses qu'ils recherchent.

Avec son inspiration cinématographique qui emprunte énormément aux films mettant en scène la mafia japonais, l'histoire va de nouveau plonger le joueur dans un tourbillon de violence, d'honneur et de trahison, toujours sous couvert de quelques ajouts fantasmés. Sa narration distille avec brio un panel d'émotions qui nous donnent de l'empathie pour le Dragon de Dojima. L'intrigue ne souffre d'aucun temps mort et se permet même le luxe d'ajouter une trentaine de minutes inédites qui permettent de faire le lien entre Yakuza Zéro et Kiwami.

10 ans plus tard


Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo, De retour dans le quartier fictif de Kamurocho - inspiré du quartier réel de Kabukichō - après sa peine, Kiryu découvre une ville transformée et ancrée dans l'ère 2005. Téléphones portables, vêtements aux couleurs moins vives, nouveaux magasins, les équipes de Sega nous plongent de nouveau dans un Japon réaliste et pertinent. Flâner dans les rues tokyoïtes plus ou moins mal famées est toujours un plaisir de chaque instant, que ce soit pour accomplir les nombreuses missions secondaires ou vagabonder au gré de ses pas. Avec le quartier de 1995 et celui de 2005, les changements entre les deux époques sont visibles et nous donnent réellement cette impression de revenir sur un même lieu des années plus tard. L'apparence des piétons varie également puisque la mode des années 90 n'étant plus la même que celle des années 2000, les blazers et autres trench-coat font place à des jeans et mini-short, et, au final, seuls les ivrognes semblent résister au passage du temps.

Cependant, Yakuza oblige, certains passants vous chercheront des noises en croisant votre regard ou si vous les bousculez. S'ensuivra alors un combat de rue aussi brutal qu'impressionnant. Reprenant en grande partie le gameplay de la préquelle, notre héros dispose de 4 styles de combat différents et il faudra intervertir intelligemment entre eux, en exploitant leurs forces et faiblesses pour venir à bout des opposants. Toujours aussi puissant et efficace, Kiryu assène de véritables frappes d'ours et les rues ne tarderont pas à faire résonner le sinistre bruit des os qui se brisent. De plus, en fonction du lieu de l'affrontement et sous réserve que la jauge de Heat - l'équivalent d'une jauge d'endurance - soit remplie, le décor servira également d'armes! Une portière de voiture, un tesson de bouteille ou une rambarde, tout est bon du moment que le résultat est là! Petit nouveauté d'ailleurs, certains ennemis, considérés comme puissants, seront capables, après avoir reçu un certains ratio de dégâts, de rentrer dans une phase de régénération. Concrètement, ils cesseront pendant quelques secondes de frapper et seront entourés d'une aura colorée, régénérant une partie de la vie perdue.

Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo,

C'est là qu'entre en jeu la Climax Heat Jauge. Il s'agit d'une partie de la barre de Heat et qui permet d'exécuter une redoutable Kiwami Action. En fonction de la couleur de l'aura, indiquant le style à utiliser et, sous réserve d'être face à l'ennemi, Kiryu va, d'une pression sur la touche adéquate, asséner une série de coups dévastateurs, stoppant immédiatement la régénération et occasionnant d'importants dommages à la cible. Loin d'être anecdotique, cette nouveauté peut donner un sérieux avantage lors des combats les plus durs et demandera au joueur d'être attentif.

Sans expérience, la puissance n'est rien


Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo, Car de prime abord, on serait tentés de matraquer les touches d'attaques mais rapidement, le gameplay révèle sa technicité. Certains ennemis passeront plus de temps à esquiver ou se protéger qu'à attaquer et attendront une ouverture dans vos enchaînements, d'autres ne cesseront de vous attaquer ou de vous attraper pour vous projeter au sol. La force brute de Kiryu doit donc être utilisée en adéquation avec l'intelligence du joueur, d'autant plus que les affrontements seront très souvent des 4, 5 ou 6 vs1. Pour maximiser vos chances, il vous faudra améliorer vos techniques avec des points d'expérience. Ces derniers sont obtenus suite à un combat ou une mission réussie et permettent, entre autres, d'augmenter votre barre de vie, de passer outre la garde d'un adversaire ou encore de débloquer de nouvelles attaques. Toutefois, il existe un style de combat qui nécessitent un moyen précis pour être amélioré.

Avant d'être en prison, Kiryu était connu pour son célèbre style Dragon, alliant rapidité et puissance mais, les années en prison l'ayant quelques peu émoussé, il n'est plus que l'ombre de la gloire qu'il fût en 1995. Et c'est là qu'entre en jeu un personnage - qui deviendra par la suite récurrent dans la série - que les joueurs ont pu jouer dans Place of Oath, Goro Majima. Ce dernier, considéré comme le rival de Kiryu, va s'échiner à refaire naître le style Dragon dans toute sa splendeur. Pour ce faire, Majima va littéralement vous harceler, ajoutant une pression constante lors de vos trajets urbains. Que ce soit en patrouillant dans les rues, au détour d'une allée ou caché dans une poubelle, il ne sera jamais loin pour vous forcer à l'affronter. Portant le nom de "Majima Everywhere", ces événements, si vous gagnez, permettent à Kiryu de réapprendre petit à petit des mouvements du célèbre style jusqu'à l'apothéose, un combat de légende entre le Dragon de Dojima et le Chien Fou de Shimano.

Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo,

Une réalisation à la hauteur


Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo, En ce qui concerne la partie réalisation, Sega a effectué un travail remarquable qui fait honneur au jeu d'origine, le magnifiant grâce au moteur graphique déjà à l’œuvre pour Yakuza 0. Animations des personnages retravaillées, soucis de réalisme sur la qualité des visages pour les personnages principaux, jeu de lumières, environnements, cinématiques, tout est repassé sous la houlette des artistes du studio pour un résultat qui rend le jeu méconnaissable par rapport à son homologue PlayStation 2. Un vrai travail qui nous permet d'avoir un réel remastered et non une simple copie HD, le tout en 60 FPS quasi constant.

De même, les acteurs qui prêtaient leurs voix en 2005 ont ré-enregistrés leurs dialogues en japonais pour offrir une refonte sonore de qualité. Bref, Sega a exécuté un réel travail tant sur le plan visuel que sonore et le résultat est clairement visible/audible.

Kampai !


Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo, Avec son histoire prenante et sa réalisation soignée, on pourrait croire que le jeu n'a au final, pas grand chose à offrir si on s'éloigne de la trame et ce serait là une grave erreur! L'une des qualités de la série Yakuza réside dans son immersion au sein de la société japonaise. Le quartier de Kamurocho fourmille d'activités en tout genre. Entre les bars à hôtesses, les salles d'arcades, les magasins, etc, tout est prétexte à prendre du bon temps pour découvrir l'univers crée par Sega. Les quêtes annexes sont également un bon moyen de profiter du quotidien tokyoïte puisqu'elles font intervenir des citoyens de tous les domaines. Vous rencontrerez pèle-mêle, un yakuza courtois, un faux policier, un collectionneur de billets, un touriste en mal de sensations et bien d'autres encore. Le quartier semble vivre en totale autonomie et est quasiment un personnage à part entière, avec ses bons et ses mauvais côtés.

Quelques problèmes malgré tout


Dans la mesure ou Yakuza Kiwami reprend le moteur graphique de Yakuza 0 et, en grande partie, son gameplay, il n'est pas surprenant de retrouver ainsi les mêmes problèmes. Bien que les graphismes soient à la hauteur des attentes concernant un remastered, il est toujours regrettable d'avoir certaines textures grossières et un affichage tardif de certaines choses, comme des visages de PNJ ou, plus rarement, d'éléments du décors. Au niveau du gameplay, les armes à feu ont toujours ce défaut de mettre parfois à mal la caméra et de nous faire tirer à côté.

Critique Jeux Vidéo, Koch Media, Playstation 4, Sega, Yakuza Kiwami, Jeux Vidéo,

Cependant, le plus gros défaut du jeu concerne sa traduction. Malheureusement pour les anglophobes, un anglais correct est obligatoire pour comprendre et apprécier pleinement le soft. Bien qu'une majorité de joueur parle cette langue, il reste regrettable que Sega ne franchisse par le cap de la traduction en français, fermant naturellement la série à un public.

Au final, une réalisation de qualité, une histoire violente et intense, des personnages travaillés et un gameplay efficace contribuent à justifier l'acquisition de ce Yakuza Kiwami, véritable hommage à l'opus de 2005. Les vétérans redécouvriront avec plaisir l'univers de ce premier volet tandis que les néophytes auront là une porte d'entrée idéal sur un monument du jeux vidéo japonais. Assurément un excellent remastered PlayStation 4 qui laisse augurer des potentiels versions pour Yakuza 2, 3 et 4, en attendant la sortie, en 2018, du 5ème et du 6ème opus. Merci Sega !

Points forts :
  • Intrigue mafieuse de qualité
  • Des personnages travaillés
  • Goro Majima
  • La mise en scène et le jeu d'acteur
  • La réalisation dans son ensemble
  • Des combats brutaux et jouissifs
  • Bonne durée de vie
  • Des mini-jeux prenants
  • La bande-son
  • Les voix japonaises
  • L'immersion dans le quartier de Kamurocho
  • Des touches d'humours bien dosées
  • 60 FPS et 1920x1080

Points faibles :
  • Intégralement en anglais 
  • Certaines textures grossières
  • Quelques soucis d'affichage
  • Maniement des armes à feu
  • Quelques chutes de framerate
  • PNJ secondaires copier-coller

Verdict : Un remastered de qualité !!!


0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017