dimanche 20 août 2017

Notre preview de « Dragon Ball Fighter Z »


A quelques semaines de la sortie du dernier jeu de combat réalisé par les écuries Capcom : Marvel Versus Capcom Infinite  (annoncé pour le 19 septembre 2017); ce dernier n’a pas eu un accueil aussi chaleureux que l’un de ses rivaux, qui lui sortira en 2018, ce soft sera réalisé par un concepteur lui aussi d’origine japonais : ARC System avec Dragon Ball Fighter Z.

Cette année 2017, nous avons pu constater le retour de mythiques licences comme Tekken 7 ou bien un remake de Super Street Fighter II sur la console Switch. Bien que les jeux de combat aient attiré une nouvelle génération de joueurs, les plus anciens d’entre nous sont restés septiques face aux derniers Dlcs de Street Fighters V et autres suites à Blaz Blue.

Club Dorothée

Pourquoi aborder la série Dragon Ball ; il est vrai que ce dessin animé ainsi que son manga ont toujours du succès et que l’appel de l’argent facile peut se ressentir auprès des éditeurs. Nous allons aborder un bref historique à savoir que l’animé a attiré de nombreuses foudres de la critiques, et ce malgré une première censure à la télévision française. Ken le survivant (Hokuto no ken), les Chevaliers du zodiaque (Saint Seiya), Goldorak,… tous ces dessins animés avaient été classés comme violent par l’association Familles de France et également par les parents ; en effet quelques scènes pouvaient choquer, tout ceci pour porter préjudice à la culture nippone qui n’a pas que les animés de ce style. A ce genre de critiques aussi négatives, je les invite à visionner les œuvres de Hayao Miyazaki pour démontrer le savoir-faire.

L'innocence de Son Goku
« La quête finale des sept boules de cristal » chanson interprété par Ariane, derrière ce titre au ton très guilleret se cache une énorme saga.

C’est en novembre 1984 que naît sous la plume du mangaka, Akira Toriyama, le héros à queue de singe que tout le monde connaît.

Goku fait en effet sa première apparition sur papier dans le mensuel Shuukan Weekly Jump, dans lequel il sera publié jusqu’en mai 1995. Le succès de la série est incontestable et immédiat. L’histoire raconte la vie d’un jeune garçon élevée par son grand-père et possédant des facultés peu commune. Apres le décès de son tuteur ce dernier part à l’aventure avec une jeune fille Bulma, qui le conduira à travers le monde et bien au-delà. La seconde partie (Dragon ball Z), débute avec un Goku adulte et c’est à ce moment que la vision d’origine du créateur a quelques peu évoluée... En effet ce qui au départ était un anime basé sur l’humour et la dérision, va vite se transformer en dessin animée guerrier où les combats s’enchaînent d’épisodes en épisodes. Fort de ce succès, il aurait été surprenant que ce dernier ne se voie décliner sous la forme de jeux vidéo, tâche facilitée par la voie que la série emprunte avec Dbz. On dénombre à ce jour une vingtaine d’adaptations vidéo ludique (22 sans recenser les versions de fans tels Bid for Power) de la série avec entre autres sept titres sur la sfc .

Dragon Ball Z demeure une licence justeuse pour Bandai qui surfe toujours sur le succès de ces jeux et malgré un manque cruelle d’innovation. L’indigestion fut avec les épisodes sortis sur la première Playstation et même si les volets tenkaichi demeurent des bons jeux de combat. L’éditeur nippon avait désormais exaspéré les fans de la première heure.


Arc System, on se connait ?

Travaillant au début avec la société Sammy, Arc System se présente depuis plusieurs années comme l’un des rivaux directs face à Namco et Capcom. En effet, les programmeurs sont issus de plusieurs sociétés disparus comme Feu SNK ou bien des ingénieurs de talent venant de Konami. Cet ensemble a engendré une équipe de passionnés qui essayent d’être en accord avec les puristes, sans pour autant négliger les jeunes joueurs.

Guilty Gear a été l’un de leurs premiers succès sur de nombreux supports ; puis furent les jeux Blablue ainsi que quelques participations à d’autres titres : Personna 4, One Piece,… et désormais le studio s’attaque à la licence DBZ.

Il s’agit là d’une prise de risque importante, car Arc system n’est pas une entreprise sans défaut. Si on examine leur parcours, on remarquera que l’éditeur réalise trop d’épisodes d’une saga et qui peut conduire à un dégoût ; surtout que nous avons droit à un volet par an pour Guilty Gear. Pourtant, ce sont les seuls à avoir dynamité le genre en proposant des jeux de combat avec un concept graphique de toute beauté et des gameplay toujours autant intéressants.

Guilty Gear, DBZ Fighter, même combat ?

Etre pris dans l’action

Super Butouden (nom japonais de la version) a été l’un des meilleurs de combat sur la Super Nintendo ; le joueur avait une liberté de mouvements incroyable pour cette époque. On pouvait s’éloigner de plusieurs centaines de mètres et là, l’écran se scindé en deux parties comme si on se téléportait dans les airs ; prêt à lancer les fameux Kaméhaha.

Avec le prochain Dragon Ball Fighter Z, on ne s’imagine pas à ce genre de manœuvres, ici on le vit réellement. Le titre se veut au plus proche de l’action que certaines planches de dessin collent parfaitement au jeu vidéo. L’expérience de Guilty Gear R-sign a été clairement une source d’inspiration et même si nous avons vu que quelques décors, DBZ a donné une claque visuelle sur l’E3 et démontre que la baston 2.5 peut encore un jeu de qualité.

Gardant une jouabilité sur deux plans, les décors sont réalisés en trois dimensions afin donner une immersion totale. Et chaque nouvelle est désormais décortiquée par les fans de baston qui s’orientent vers le soft d’Arc System. Capcom et Bandai n’ont pas su se renouveler à ce sujet, on aurait voulu des stages plus dynamiques de leurs parts.

Peu de personnages ?

Si on doit retenir les héros de Dragon ball, cela se limite bien souvent à Son Goku, Freezer et Vegeta. C’est vrai, il constitue l’essentiel de ce jeu de combat, mais nous ne devons pas oublier les autres protagonistes. Allons-nous avoir des abus, des top-tiers ? La réponse sera mitigée, car Dragon Ball Fighter Z ne se joue pas en mode un contre un, mais désormais en équipe de trois (Tag team) afin d’apporter un certain équilibre dans leur joute.

On sait que les combats dans l’animé se déroulent sur plusieurs épisodes, c’est l’une des raisons que le studio utilise le Tag team. Certes, on peut craindre à un déluge d’effets spéciaux pouvant conduire à un vaste zouk à l’écran, pourtant on a déjà remarqué le savoir-faire d’Arc system sur d’autres titres. De plus, on devra jongler entre un personnage qu’on peut maitriser et limiter une carence face à d’autres héros plus faibles.

Récemment, les cyborgs C16 et C18 seront présents dans le casting, les informations circulent au compte-goutte sur le panel des personnages. Connaissant bien cette société, nous pouvons tabler au moins sur 16 combattants, peut-être 24, mais pas au-delà ; laissant le choix de créer une potentielle suite.


Quart de cercle au programme ?

Souvent critiqué pour sa prise en main ardue sur la saga Blaz Blue, Arc system se tournera vers un gameplay proche de Capcom, à condition que le timing soit similaire à son concurrent. Certains volets de Guilty Gear par exemple possèdent des coups quasi identiques à Street Fighter mais dont la réalisation se manifestait par des coups très secs à la manette. (Les connaisseurs sauront de quoi je parle).

Deux nouveaux personnages C16 & C18
Les premiers retours de la joueuse Kayane ainsi que d’autres joueurs professionnels ont apprécié la qualité globale du titre. D’après les rumeurs, DBZ aurait sa place lors des tournois qui se dérouleront au cours de l’année prochaine.

La console Switch pourrait avoir sa version, une pétition a été réalisée afin que le studio soit à l'écoute des joueurs. La machine de Nintendo bénéficie d'un pad d'excellente qualité ; de plus DBZ Fighter n'est pas un jeu gourmand en capacité technique.

Gardons notre sang froid !

Même si le jeu semble plus que prometteur, l’attente est encore longue et on aurait voulu que le jeu sorte pour la rentrée. Dragon Ball Fighter Z reprend parfaitement l’ambiance du manga, sauf concernant le choix des musiques dont certains droits n’ont pas été encore débloqués pour le jeu. Encore, l’appât du gain de la Toei Animation qui essaye d’obtenir une rente supplémentaire. Ce titre se vendra en importe quantité de toute façon, car un grand nombre de fans craqueront une nouvelle fois pour cette licence.

Quant aux autres acheteurs, ils auront été matraqués par les nombreuses informations mais aussi par les prochaines publicités, vantant oui ou non ce soft.


Autre point fort du studio concerne le Netcode, ce dernier fonctionne parfaitement depuis plusieurs années et les parties s’enchaînement aisément sur n’importe quel jeu. Nous sommes loin des lacunes de Bandai avec son Tekken 7. De plus, Arc system travaille régulièrement avec les salles d’arcade japonaises afin d’avoir un retour des gamers ; y compris pour les parties en ligne.

Devons-nous attendre une version dite ‘ (prime) pour acheter Dragon Ball Fighter Z, le savoir-faire d’Arc System a démontré ses qualités avec deux séries phare, et suite face à l’engouement au cours de l’E3 et aussi des joueurs pros, nous pouvons sans doute attendre les premiers retours des joueurs (ceux qui achètent avec leur propre denier).

Ayant abandonné la licence depuis fort longtemps, Dragon Ball Fighter Z pourrait être la bonne surprise et s’intégrer dans mon catalogue steam. Et comme dirait le générique de fin :

Cha-La Head-Cha-La !
Quoi qu'il puisse se passer, rien ne peut me stopper maintenant !
Cha-La Head-Cha-La !
Mon cœur ne fait qu'étinceler comme une boule de feu.
Oh oui, ça m'enflamme ! Sparking !

0 Commentaires :

Bienvenue sur Japan Touch

Notre dernière vidéo

Fourni par Blogger.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Nos partenaires

Meilleur site d'actualité Manga, Anime, Jeux Vidéo, Cinéma, Goodies, Drama, J-Music et Japon Critiques mangas et séries d'animation Tests jeux vidéo japonais Tests jeux vidéo japonais
Black Box Taifu Comics
Delcourt / Tonkam
Casterman
Ototo
Anime Digital Network
Urban China
Ofelbe Éditions
Kotoji Éditions
Éditions Akata
Soleil Manga
Nobi Nobi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Japan Touch © 2011 - 2017